AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Initiative fatale [Seira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aki Agito Wanime
Gérant du Sex Shop (château)



Pièce d'identité
Âge de jeu: 548, soit 17 ans humains
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel; Uke pour Akito, mais Seme pour Agito.
Situation sentimentale: Aime tuer

MessageSujet: Initiative fatale [Seira]   Mar 17 Mar - 20:56

S’allonger dans l'herbe trempée par la rosé d'un matin de printemps, lever la main et écarter les doigts, pour que le soleil - encore endormi, mais déjà assez haut et fier - éblouisse et laisse une tâche gênante dans les yeux, mais embaumante à l'intérieur et essayer de l'emprisonner dans son poing par un mouvement rapide et solide ? Sourire et te mettre à pleurer.

Le soleil pointait le bout de son nez à l’horizon. Les oiseaux chantaient gaiement. Les plantes bougeaient imperceptiblement de temps à autre, lorsqu’une goutte de la rosée glissait le long et se jetait de la pointe de la fleur ou de la feuille. Elle achevait sa course folle en s’écrasant pitoyablement sur le sol mouillé. La nature s’animait.

Affreux.

Le spectacle dégoutait Agito. Pour y échapper, avant de finir par se passer la corde au cou, il céda la place à Akito. Ravi de pouvoir ressentir les choses par son propre intermède, il ne laissait pas le temps de la réflexion à son frère et changea le bandeau de côté. On put juste apercevoir un sourire amusé – voire heureux – éclairé le visage sadique d’Agito.

Les nuages passaient lentement dans le ciel. Ils étaient chargés de colère qui menaçait d’exploser tout moment à l’autre. Mais tous semblaient éviter de passer devant le roi de l’azur : le soleil.

Alors qu’Akito se dirigeait vers les jardins, le soleil commençait son ascension vers les cieux. Akito ne resterait pas dehors, il voulait simplement faire un tour pour s’aérer avant de rentrer dans le château et errer dans les dédales immenses et étourdissants.

Akito passa sans s’attarder devant le labyrinthe et retourna vers le dôme. Il ne savait pas trop quoi faire. Qu’est-ce qu’un esprit aussi innocent que lui pouvait bien faire dans un manoir aussi lugubre et morbide ? Il regrettait presque de ne pas laisser encore une fois la place à Agito. Peut-être que c’était pour le préserver de cette atmosphère que son frère le laissait de plus en plus enfermé ? Ou alors, il l’oubliait vraiment… Akito préférait la première option.

Son errance s’acheva par la découverte d’une pièce assez spéciale au troisième étage. Une pièce pleine de meuble. Sans vraiment réfléchir, il y entra et repoussa la porte derrière lui. Qu’est-ce que tout cela pouvait bien être.

*Une chambre rose.*
*Et c’est… quelque chose de malsain ?*
*Si on veut… C’est quelque chose de sexuel.*


"Oh non ! Je ne veux pas de ça moi ! Ici tout le monde veut de l’infidélité et du sexe sans sentiments, je veux sortir d’ici !"

Akito se tourna vers la porte et l’ouvrit. Sans prévenir, Agito mit leur main devant l’œil découvert.

*Moi, je veux voir.*
*Mais…*


Akito voulait répliquer. Il voulait s’exprimer, dire qu’il avait l’impression de ne plus vivre, que tout revenait de droit à son frère. Mais, il n’en fit rien. Il ouvrit la bouche, hoqueta, mais ne dit rien. Agito lui avait sauvé la vie après tout… Et il l’aimait. Résigné, il changea de lui-même le cache et le plaça sur son œil.

Agito prit une grande bouffée d’air nouveau, jusqu’à s’en faire exploser les poumons. Il aimait déjà cette chambre. Un rire malsain s’éleva dans la pièce, finissant d’achever le portrait de cette atmosphère si… Jouissive. Il se retourna pour lui faire face et un rayon de soleil éclaira délicatement son visage, égayé par un sourire sadique.

D’un bond sauvage, Agito se propulsa vers le lit. Il se posa juste à côté, lui montra son dos et se laissa tomber, les bras tendus de chaque côté. Allongé en croix sur le matelas, il n’avait pas perdu son sourire.

"Il ne manque plus qu’une autre personne… Ah, j’ai envie d’une femme."

De nouveau un rire sadique s’éleva dans la pièce. Les oiseaux, posés sur la rambarde du balcon s’envolèrent dans un bruissement d’ailes, laissant quelques plumes sur le sol. Comme c’était bon d’avoir des idées aussi tordues dans son esprit , seulement à cause d’une chambre.

Agito se releva brusquement, étourdi, et tendit l’oreille. Il lui semblait entendre des pas dans les couloirs. Un air de ravissement – toujours morbide – se peint sur son visage et ses yeux commencèrent à pétiller d’excitation. Il souriait toujours, découvrant ses canines superbes.

Prenant appui sur ses bras, il se retourna sur le lit, faisant face à la porte, qu’il n’avait pas fermé entièrement.

*Alors, un homme ou une femme ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Seira Krory
Aînée de Stella



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1595 ans
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Hétéro + Seme
Situation sentimentale:

MessageSujet: Re: Initiative fatale [Seira]   Mar 17 Mar - 21:54

On a conscience avant, on prend conscience après.

La conscience, compléte son âme. Mais celle ci survient souvent trop tard. Ou devient trop importante et englobe son esprit, l'empêchant de faire le moindre geste.
Seira ouvrit lentement les yeux, frolant ses pommettes satinées de ses long cils sombre. Avec torpeur, elle se redressa, appuyant ses coudes d'ivoire sur les coussins du sofa. Elle s'était assoupie un moment dans un des fauteuils moelleux du salon. Elle était fatiguée. Fatiguée de l'impression de faiblesse qui emplissait son être. Fatiguée de la relation ambigüe entre elle et sa cousine. Fatiguée de cette lutte silencieuse qui effleurait son orgueuil et mettait presque sa chair à vif, de dégoût, de haine, de dépit.
Eléa... Tu me tueras.
Elle remit en place le désordre somptueux de ses cheveux blonds, caressant doucement les mèches de soies qui venaient frôler son dos d'ivoire et la courbe de ses seins, à demi-découverts sous sa robe de satin bleu nuit. Ses doigts délicats se faufilèrent dans son bustier pour en sortir un paquet de cigarettes. Elle en sortit une, l'alluma avec une grâce nonchalante.
Les cigarettes ont au moins le charme de vous laisser inassouvi...
Un soupir sortit de ses lèvres nacrées, en même temps que la légère fumée blanche. Elle était lasse. Lasse de cet endroit. Il lui fallait marcher. Changer d'air, aussi. Peut être même occuper cette journée monotone...
Ses énigmatiques yeux azur se posèrent sur la fenêtre, la transperçant de son regard de lapi-lazulis. Dehors, le jour commençait à se lever. La timidité du soleil naissant colorait déjà le ciel d'un rose étrange et léger. Seira put distinguer l'humidité de la verdure au dehors, tapissée par la rosée du matin. La vampire balança sa tête en arrière. Ses lèvres, d'une lascivité outrageante, s'entrouvrirent avec rêverie. La fumée blanche de la cigarette s'y échappa lentement, comme si le temps s'arrêtait peu à peu. Elle tira une dernière bouffée sur celle-ci. Elle fut entièrement consumée. Seira tint le mégot du bout des doigts et le posa négligeamment dans un cendrier, posé sur la table basse en acajou, qui se tenait à côté du fauteuil de velours, à proximité de la Lady.
Seira ouvrit la porte dorée du salon et sortit. Elle erra un instant dans les couloirs sombres et déserts du château. Elle progressait de sa démarche féline, sensuelle, le port de tête hautain, royal. Elle restait indécise. Elle ne pouvait passer sa matinée assise, à emplir ses poumons de cette fumée délicieusement toxique et parfaitement immorale qu'est celle de la cigarette. Arrêter pour elle était impossible. Cela lui procurait un intense soulagement et un sentiment de détente rare chez elle. La cigarette... Ce vice lui permettait de calmer ses accès de colère. Peut-être était-ce pour celà qu'elle se maîtrisait plus que sa chère et détestée cousine. Peut-être était-ce pour cela que cette impression de faiblesse résidait en elle.
Faible. Peut être. Mais certainement pas autant que les autres. Elle était faible selon ses critères. Mais ne vous frottez pas dangereusement à elle. N'essayez pas de prendre le dessus sur elle. Vous risqueriez de le regretter, intensément. Vous risqueriez de ne pas finir indemme. Ne tombez pas dans le piège de son apparence posée, sereine et de sa beauté pesante. Seira bousille tout se qu'elle touche...
La vue d'une curieuse porte d'airain la sortit du lac profond de ses pensées, stoppant par la même occasion son parcours indécis. Seira posa ses mains laiteuses sur le bois sombre de l'entrée. C'était celle de la chambre rose. Endroit pour assouvir ses pulsions, pour trouver le contact charnel. Seira soupira et retira ses mains de la porte pour les laisser tomber gracieusement le long de son corps de statue grecque. Oui, Seira était nymphomane. Oui, elle pouvait avoir ce qu'elle voulait. Hors, elle avait trop de classe et d'orgueil pour se satisfaire de façon aussi primaire. Seira était presque inateignable. Elle choisait et non l'inverse. C'était une fleur bien difficile à cueillir. Une fleur au parfum envoûtant. Une fleur empoisonnée. Une rose emplie d'épines.

Mais l'aînée de Stella portait un fardeau. Le fardeau insupportable et fatal de l'ennui. Entrer dans cette pièce allait peut-être changer sa journée. Un amusement quelconque, qui sait. Seira passa une dernière fois sa main dans ses cheveux de miel et poussa lentement la porte d'airain, le visage impassible, les pommettes froides. Ce qu'elle allait y trouver l'importait peu... Seuls comptaient la distraction et la disparition de l'ennui, si lourd, si pesant. L'ennui était le pire ennemi d'un immortel.


Dernière édition par Lady Seira Krory le Mar 17 Mar - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aki Agito Wanime
Gérant du Sex Shop (château)



Pièce d'identité
Âge de jeu: 548, soit 17 ans humains
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel; Uke pour Akito, mais Seme pour Agito.
Situation sentimentale: Aime tuer

MessageSujet: Re: Initiative fatale [Seira]   Mar 17 Mar - 22:58

Plus tard, il arrive que, devenus habiles dans la culture de nos plaisirs, nous nous contentions de celui que nous avons à penser à une femme – comme Agito le faisait en cet instant, sans être inquiets de savoir si cette image correspond à la réalité. Et aussi de la désirer sans avoir besoin d'être certains qu'elle nous désire; ou encore que nous renoncions au plaisir de lui avouer notre inclination naissante pour elle, afin d'entretenir plus vivace l'inclination naissante qu'elle a pour nous. C’est une imitation de ces jardiniers japonais qui, pour obtenir une plus belle fleur, en sacrifient plusieurs autres.

Toutes les inquiétudes éprouvées par Akito depuis sa naissance, à l'appel de l'angoisse nouvelle, avaient accouru la renforcer, s'amalgamer à elle en une masse homogène qui étouffait Agito. Ce coup physique au cœur que donne une telle nouveauté et qui, par cette terrible puissance d'enregistrement qu'a le corps, fait de la douleur quelque chose de contemporain à toutes les époques de notre vie où nous avons souffert. Ce coup au cœur sur lequel spécule peut-être un peu celle qui désire donner au regret son maximum d'intensité, soit que la femme n'esquissant qu'un faux départ veuille seulement demander des conditions meilleures, soit que, partant elle désire frapper, ou pour se venger, ou pour continuer d'être aimée, ou pour briser violemment ce réseau de lassitudes, d'indifférences, qu'elle avait senti se tisser. Certes, ce coup au cœur, on pourrait se promettre de l'éviter, on pourrait se dire qu'on se quitterait bien. Mais il est infiniment rare qu'on se quitte bien, car si on était bien on ne se quitterait pas.

Agito se soucie si peu de la douleur des autres ! Il y a une torture qu’il adore faire : ôter un sens capital de la compréhension : la parole ou l’ouïe. Car sans la voix le dialogue n’est plus audible. Et seul reste la main, ces écrits qui finalement remplaceront les cris.

Un soupir. Peut-être un frôlement. Enfin quelques chose. Quelque chose derrière cette porte. Quelqu’un peut-être ? Ce serait magnifique. Cela finirait d’’achever les sentiments de jouissance d’Agito. Il allait transporter ses sens au-delà des murs pour confirmer ses suppositions, mais il n’eut pas la peine de le faire : la porte s’ouvrit. C’était donc une femme. Qui plus est un vampire. Une Lady. Elle obtenait deux sur trois pour cette première impression. Le défaut : c’était une noble. Mais il y a des exceptions : la nature l’a peut-être créée avec un cerveau. Ce serait vraiment magnifique.

Agito se redressa et s’assit sur le lit. Il mit ses jambes en tailleur et tendit ses bras devant lui, les posant sur ses jambes. Elle était belle. Il put rajouter trois points sur quatre à sa note globale. Ce qui nous mettait à six sur huit. Pas mal pour une première vue. Il tolérait son rang : son odeur de luxe était camouflée sous une essence de nicotine consumée. Certaines personnes portaient cette odeur à merveilleux, d’autres donnaient la nausée. Ici, elle était dans le premier cas.

Dans cette pièce, seuls deux derniers points restaient pour noter sa caboche. Agito était légèrement pressé qu’elle montre son intelligence. Si ce n’était pas le cas : qu’elle s’en aille. Son le reste suivait, elle finirait bien… Ou sous la couette. Tout restait à voir. Un sourire invitant à l’approche éclaira le visage d’Agito. Oui, il pouvait paraître sensible. Rappelons qu’il partage le corps d’un ange : il peut lui voler des mimiques.

Le soleil commençait à être vraiment haut dans le ciel et éclairait de plus en plus la pièce. Alors, qu’à son arrivée, Agito avait juste été ébloui par un rayon, maintenant la porte était inondée de lumière. D’une pensée, il referma le lourd rideau de la chambre, plongeant ainsi la pièce dans une pénombre plaisante. Seuls la lumière du couloir et les quelques rayons qui persistaient à passer sur les côtés du rideau venaient donner un aspect moins noir.

Agito reporta son attention sur le bout de viande qui venait de pointer le bout de son nez et qui l’aguichait à distance.

*Je la veux.*

Il haussa un sourcil de plaisir, dégustant cet être sublime. Pas parfait, non : il haïssait la perfection. Sublime et magnifique. L’extase à l’état pure. Cependant, il ne parla pas. le regard rivé sur elle, la transperçant de toute part, ne pouvait qu’exprimer ce qu’il attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Seira Krory
Aînée de Stella



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1595 ans
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Hétéro + Seme
Situation sentimentale:

MessageSujet: Re: Initiative fatale [Seira]   Mar 17 Mar - 23:44

On ne perd pas sans regret même ses pires habitudes ; ce sont peut-être celles qu'on regrette le plus.

Oui, Seira, l\'incorrigible Seira, sera toujours la même. Toujours aussi hautaine, toujours aussi désinvolte, aussi empreinte de luxure, aussi extravagante. Seira, la femme-dandy. Seira, la cruelle et méprisante libertine. Tout comme la cigarette qui rajoute à ses vices, cette toxicité. Hors, le regret n\'existait pas chez elle. Jamais une once de remord venait teinter l\'esprit de la fille de Stella. Elle trouvait le regret futile et bien hypocrite. Il est stupide de commettre un acte que l\'on regrette après. Elle assumait toujours le moindre ses actes. Cela faisait partie de ses règles, des règles qu\'elle se fixait à elle même. Car elle seule avait le droit de définir ses limites.

Seira poussa entièrement la porte d\'airain et entra dans la pièce, le pas droit, léger, comme celui d\'une danse de ballet. Son regard de feu et de glace, à la fois dur, foudroyant et langoureux, balaya la pièce du regard. Les meubles étaient abondants et remplissaient la chambre, lui donnant un aspect presque surchargé. Seira n\'y avait jamais mis les pieds. Elle regarda avec dégoût le sol chaud et moelleux qui tapissait le sol. Toute cette miellerie la dégoûtait. Elle détestait se qui était factice et aimait les choses de qualité, franches et dures. Cette pièce était tout sauf luxueuse. Ou du moins, elle donnait un aspect hypcritement raffinée qui lconsternait la jeune femme.
Oui, Seira était quelqu\'un de matérialiste. Oui, Seira aimait les choses raffinées, le luxe et l\'esthétisme. Seira était empreinte au dandysme. Esthétisme matériel et spirituel. Goût pour la provocation. Oui... Ce terme la définissait parfaitement. Mais une choses avait était omise. Son déchirement. Ses vices. Son chemin vers l\'Autodestruction. Seira en avait assez, oui plus qu\'assez de ce sentiment de faiblesse.

Ses yeux azur se posèrent sur le lit. Elle s\'aperçut qu\'elle n\'était pas seule dans cette pièce aux relents dégoulinants de surcharges exédentaires. Quelqu\'un y était assis. Un homme. Un vampire. Sans discrection, Seira le scruta un peu plus attentivement. Il ne possédait pas la grâce déplacée et la beauté foudroyante des Nobles. Hors, il possédait autre chose. Une sorte de sauvagerie intense enveloppait son visage. Sans un mot, Seira tourna la tête. Elle était partagée entre une sorte de dégoût et une attraction étrange. Oui, elle avait une attirance morbide pour cet homme, se qui l\'effrayait presque.


Et je peux résister à tout. Sauf à la tentation...

Elle pinça les lèvres, faillit vaciller, se retint. Oui, Seira était peut-être faible, ou du moins, se sentait comme tel. Etait-ce une raison de le montrer, de dévoiler ses pensées? Hors jamais, jamais elle ne pourrait perdre ses moyens. Seira était trop orgueilleuse et dure pour cela.
Elle s\'assit, toujours sans un mot. Ses yeux de déesse félonne ne quittaient pas le regard de l\'étranger. Le visage de la Lady était, comme à son habitude, implacable, les yeux vitreux, les pommettes froides, ses lèvres divines closes comme un jardin interdit. Son port de tête était, comme toujours, hautain et sublime.

Seira sortit à nouveau d\'entre ses seins, son paquet de cigarette. Elle en sortit une et la glissa entre ses lèvres de nacre. Puis, elle jeta le paquet dans la direction du vampire inconnu, dans un geste qui se voulait désinvolte. Elle allumma sa cigarette et rejeta sa tête en arrière en crachant la fumée, dans un mouvement sompteux de sa chevelure dorée. Elle contint, à la perfection, le tremblement de sa main. Seira était contrarié. Oui, Seira avait l\'esprit déchirée entre ses pulsions de désir. De contact charnel, et la prestance qu\'elle se devait de garder. Mais son orgueil grandissant reprendrait sans doute le dessus. Incousciemment. Son orgueil la forçait à penser, à savoir qu\'elle ne se laisserait pas prendre aussi facilement qu\'une vulgaire rose de jardin que l\'on cueille. Pourtant, un sourire vint se dessiner sur sa bouche charnue. Un sourire en coin, discret, mais provocateur. Seira avait envie de jouer. De détenir les règles du jeu. Se sera elle qui décidera, un point c\'est tout.

Elle posa ses main sur ses longues fines, qu\'elle avait croisé et, déclara enfin, de sa redoutable voix irrésistiblement cassé, où la douceur retentissait de façon plus dangereuse encore que celle d\'une menace :

*Etes vous joueur, vampire? Ou vous dérangerais-je?*


Elle secoua la tête avec ironie. Le jeu commençait. Le jeu prendrait sa tournure, sinon, le jeu finirait mal. Tel était sa volonté.





Dernière édition par Lady Seira Krory le Mer 18 Mar - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aki Agito Wanime
Gérant du Sex Shop (château)



Pièce d'identité
Âge de jeu: 548, soit 17 ans humains
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel; Uke pour Akito, mais Seme pour Agito.
Situation sentimentale: Aime tuer

MessageSujet: Re: Initiative fatale [Seira]   Mer 18 Mar - 0:58

Akito et Agito sont le clean et puis le sale, le tendre et puis le mal, la clef et puis la chaîne, le beau et la laideur de l’âme, le cœur et puis le sang…

Agito adorait être l’accident sur le bord d’une route ou la larme meurtrière du poison. Il se plaisait à être le napalm qui s'accroche à la peau ou être le toréro qui tourne autour de l’âme. Il aimait être le couteau qui remue dans la plaie. Il jouissait d’être le virus ou la pourriture qui ne s’arrête pas. Au royaume du sombre, il est comme une ombre à chacun de vos pas. Il frappe et il s’en va. Rien ne sert de s’enfuir, il vous rattrapera. Même en haut de votre empire, il viendra vous chercher. Vous pouvez faire votre prière, quand il a finit de jouer. Il sera avec vous, à chacun de vos pas. Le soleil est noir d’orage, comme la sagesse est la rage.

Pour le mal qu’on leur a fait, pour le mal qu’il vous fera…

Elle daignait enfin bouger. Peut-être qu’elle n’avait pas vu Agito, au début, ou alors, elle faisait tout comme. Il eut tout le loisir de l’observer pendant qu’elle, elle observait la pièce. Elle semblait dégoûter par ce qui l’entourait. Dans le cas d’Agito, il s’en fichait royalement : il n’était intéressé que par le lit. Et la pénombre dans laquelle il venait de plonger la chambre cachait l’horreur qui l’entourait. Alors à quoi bon en faire un chapitre à durer jusqu’au soir ?

La magnificence se mouvait d’une démarche féline, vers le lit, où elle daigna s’asseoir. Agito suivit sa main, intrigué : cette dernière se glissa dans le décolleté de la femme et elle put en sortir un paquet de cigarettes. Se servant, elle finit par lancer le paquet en direction de notre vampire de sous-classe. D’un réflexe rapide, il l’attrapa au vol, avant qu’il ne lui arrive un plein visage. Autre que son bras, aucun autre muscle de son corps n’avait bougé : même ses yeux étaient restés de marbre, rivés dans ceux de la Lady.

Agito ouvrit la petite boîte et huma l’odeur qui s’en échappa. Il ne fumait pas, mais il adorait toutes ces senteurs. Il prit alors une cigarette et la tint avec précaution. Ses doigts finirent par se resserrer brutalement et il la cassa en deux, bien au milieu. Son regard était toujours noyé dans celui de cette femme. Il fit de même avec les deux derniers bâtons de nicotines que contenait le paquet. Il la provoquait. Si elle avait une addiction quelconque à cette drogue, lui avait un fort penchant pour la rage démesurée : c’était le sentiment qui le submergeait en ce moment.
Il bouillonnait d’une envie énorme de sauter sur ce vampire pour lui abimer le visage à vie – comme il ne pouvait pas la tuer. Mais, d’un autre côté, il étai partagé avec une autre envie : il était irrésistiblement attiré par cette femme. C’était à cause de ces deux sentiments contradictoires qu’il était en prise avec une rage dénaturée.

Agito voulait que l’addiction de cette Lady pour de la simple nicotine, se change en une envie qu’il pourrait combler. Certes, physiquement, il faisait gamin, mais ce n’était pas le cas lorsque l’on s’intéressait plus à son cas. Il était âgé, sûrement seulement de moitié par rapport à cet être sublime à côté de lui, mais il était sage maintenant.

De la sagesse naît la rage.

Un sourire carnassier éclaira son visage quand il entendit la provocation de la Lady. Il ne l’invitait plus du tut à le rejoindre, il lui conseillait de fuir. Mais essayer d’intimider un sang pur : ce n’est pas aussi facile que l’on peut le penser. Agito voulait qu’elle reste.

"Le jeu du cap ou pas cap est mon préféré. Vous êtes tentée ?"

Elle voulait jouer ? C’était comme si Agito attendait cette libération depuis des années, il n’allait pas laisser passer cette occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Seira Krory
Aînée de Stella



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1595 ans
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Hétéro + Seme
Situation sentimentale:

MessageSujet: Re: Initiative fatale [Seira]   Jeu 19 Mar - 17:32

Il n'est qu'une chose horrible en ce monde, un seul péché irrémissible, l'ennui.
L'ennui, le pire ennemis d'un immortel. L'ennui, sorte de fatalité incontournable. L'ennui pouvait pousser à bien des choses, pouvait changer les principes. Oui, Seira s'ennuyait. Elle en avait assez de ce vice inutile et insupportable et le combatterait. Le vaincrait. Incontournablement.
Son regard azur plongé dans celui du vampire de sous-classe, Seira haussa un sourcil et esquissa un petit sourire en coin. Un sourire mêlé de cynisme et d'amusement. Celui qui déclenchait inévitablement un frisson de peur mêlé d'envie. Elle sentait sur sa peau, le regard brûlant de désir du jeune vampire. Il la désabillait avec ses pupilles, il la dévorait des yeux. Elle le sentait. Mais elle y devinait une autre sorte d'envie ardente. Celui de la mettre en pièce. Cela déclencha en elle, un petit rire intérieur. L'habitude de sentir ces regards ardents sur son être la divertissait toujours autant. Son désir de pouvoir la possédait l'amusait, celui de la défigurer, plus encore. Car Seira savait qu'il ne le pourrait. Simplement parcequ'un vampire de sang pur était plus puissant qu'un simple vampire basique. De plus, il pouvait lui infliger maintes blessures, sa peau se régénérerait. Non, il ne vaincrait certainement pas Seira, elle dont la puissance était largement digne de celle des Krory. Sa jubilation froide en éclaterait presque.
Son visage restait malgré tout de marbre. Elle regardait, avec un air cynique et faussement distrait, le demi-sang briser les cigarettes qu'elle lui avait aimablement proposé. Qu'il la provoque donc, elle le surpasserait dans cette matière. Elle, la dandy était experte dans la matière de la provocation. Dans le fait de choquer. Il ne pourrait gagner, il ne pourrait la prendre comme il le désirait. Il ne lui plaisait pas particulièrement, bien qu'il eu un charme rustre et mystérieux qui intriguait vaguement Seira. Le fait qu'il ne fut pas noble ne la gênait pas, au contraire. Seira aimait briser les moeurs, elle le faisait avec tellement de classe que jamais son orgueil n'en serait blessé. De plus, il lui été bien aiser de maltraiter un basique, de manipuler ceux qui tombaient dans ses bras, et qu'elle considérait dès lors comme des objets. Ses objets.
Pauvre et jeune créature.
Le loup se voulant prédateur tombera dans la gueule du lion. Oui, Seira était une lionne. Dangereuse et belle, incontestablement belle. Une fleur sublime aux pétales gorgés de poison. Un prédateur. Une tueuse.
Seira décroisa ses jambes divines pour les poser en outrance sur le bras du fauteuil dans lequel elle était assise. Une mèche de ses cheveux couleur miel vint effleurer sa bouche langoureuse. Elle la repoussa délicatement. Ses lèvres lascives s'étirent à nouveau en un sourire narquois à l'entende de la proposition du vampire. Le jeu du cap ou pas cap... Hm. Il posait à nu les cartes de son jeu sur la table de la défaite. Seira était capable de tout. La fille de Stella réprima encore une fois, un ricanement. Qu'il continue donc à la considerer comme la blanche brebis. Il ne tarderait pas à changer d'avis.
Elle se leva et s'assit sur le lit, en face du jeune homme, assez près pour que son parfum sublime chatouilla ses sens. Elle porta sa main à la fleur de magnolias qui se tenait entre ses seins, la caressant doucement, trouant presque le grain délicat de la fleur. Puis, le regard désinvolte et doux, elle répliqua, dans un murmure presque inaudible :
*Je devrais partir, ou vous mettre en pièce. Casser mes cigarette en deux n'est pas vraiment une preuve de courtoisie. Mais, mon humeur joueuse reprends le dessus. Mais attendez vous à perdre, vampire.*
Oui, Seira voulait jouer. La vie d'un immortel n'est parfois, que trop monotone. La vampires était de celles qui avaient toujours besoin de divertissements, d'excès et d'immoralités. Sans un regard de plus pour son interlocuteur, elle s'allongea gracieusement sur le lit, les mains derrière la nuque, ses mystérieux yeux bleus sombres rivés sur le plafond, l'air faussement détaché, mais à une distance respectable du vampire, au cas où celui-ci ne contrôlerait plus ses pulsions. Elle faisait penser à une vision de fumeur d'opium, belle, brûlant presque les yeux par sa froideur exquise. Seira était une drogue. Il suffisait de goûter à sa vue pour ne plus s'en passer, en devenir l'esclave. Oui, Seira était une drogue dure. Dangereuse, cependant. Une overdose en serait fatale...
Seira se bornait à garder ses yeux fixés vers le haut car ceux ci trahissaient une flamme d'exitation, de jouissance froide et dangeureuse, de jeu. Jeu qui pouvait vaciller très rapidement sur le fil fragile du danger.
*Je suppose que c'est à vous de commencer votre petit jeu futile.*
Elle ne savait pas encore si il parviendrait à la saisir où non, à avoir l'audace de frôler sa peau. Tout dépendrait de lui. Des sautes d'humeur de Seira. De se qu'il pourrait prouver. Ou dans le cas improbable qu'il puisse la vaincre ou au moins la rendre conquise. Se qui était dans tout les cas, impossible. Seira était une froide et divine libertine. Avec un coeur qui semblait aussi dur que ses paroles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aki Agito Wanime
Gérant du Sex Shop (château)



Pièce d'identité
Âge de jeu: 548, soit 17 ans humains
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel; Uke pour Akito, mais Seme pour Agito.
Situation sentimentale: Aime tuer

MessageSujet: Re: Initiative fatale [Seira]   Sam 21 Mar - 22:03

Nous croyons savoir ce que nous faisons; nous l'avons toujours cru. Il semble que nous soyons incapables de reconnaître que nous avons commis des erreurs dans le passé et que nous risquons d'en commettre dans l'avenir. Chaque génération barre d'un trait les erreurs de ses pères en les imputant au jugement erroné d'esprits mal avisés, puis s'engage à son tour, avec assurance, dans de nouvelles erreurs. Mais, il est évidemment possible, qu'il n'y ait pas de possibilités de contrôle.
Comment pouvait-on supporter de vivre sans exister ? C’était comme tuer sans déguster, d’une certaine façon. C’était abominable, en d’autre terme. En réalité, beaucoup de personnes vivent, mais très peu de gens existent. Ils ne savourent pas leur vie, leurs actes, leurs chances, mais ils savent se plaindre de leurs mésaventures, de leurs peines, de leurs désespoirs… Ca oui, ils savent le faire. C’est insupportable.

Agito observa ce qui s’offrait à sa vue : cette Lady. Dandy, libertine, imbus d’elle-même, imposante : elle était une noble. Il en aurait presque la nausée. Oui, presque. Mais, étonnement, ce n’était pas le cas. Il ressentait plutôt une profonde attirance pour cette créature : elle l’enivrait. Non pas par l’odeur de son sang, mais juste par sa prestance.

C’était d’une rare beauté de ne pas donner envie de sang à un vampire. Etrangement, alors que toutes ces ardeurs le travaillaient, Agito n’avait pas non plus spécialement envie d’assouvir ses pulsions. Il voulait juste la toucher, la contempler. Dans un mouvement trahissant ses pensées, il montra juste les crocs, comme si quelque chose s’était enfoncé dans sa peau. Or, il ne pouvait pas vraiment avoir peur de la douleur : il s’en fichait.

Être là, comme il l’était, sans pouvoir contrôler ses envies, sans savoir décrypter ses propres pensées… C’était affreux. Agito devait se ressaisir. Heureusement pour lui, alors qu’il regardait l’autre vampire, ses yeux s’étaient plongés dans un vague total, ne pouvant pas laisser entrevoir ses émotions. C’était vraiment une chance pour lui. Comme il n’écoutait pas vraiment ce qu’il se passait autour de lui, il ne réalisa les paroles de son vis-à-vis qu’après un déclic soudain.

Agito se redressa, droit et fier. Son visage qui était devenu trouble, fut éclairé rapidement par un sourire de satisfaction. La Lady avait donné une bonne réponse : elle acceptait de jouer. Notre vampire devait être sûr d’une chose : qu’il ne ressente rein, aucun sentiment, pour cet être. Il devait en avoir le cœur net. Car un seul revirement de situation et il serait de nouveau troublé. Il allait commencer le jeu avec audace et provocation.


"Je veux te goûter. Laisse-moi boire ton sang, jusqu’à en être soûl."

Le sourire devint sadique, les yeux s’éclairèrent d’une provocation sans égal et un petit rire s’échappa de la gorge : digne d’un vampire, même de bas étage. Agito posait un ultimatum. Dans tous les cas, il gagnait cette manche.

Ce qui était malheureux pour cette Lady, c’était qu’Agito avait la fâcheuse manie de ne pas savoir s’arrêter : il ne connaissait pas les limites, encore moins des Nobles. A ce qu’il savait, aucun vampire du bas de la chaîne n’avait pu boire le sang d’un vampire du sommet. Il était excité et ça se voyait.

Tous les doutes qui l’avaient parcouru juste avant s’étaient envolés au moment même où il avait défini son souhait. Il voulait goûter maintenant : il ne voulait pas se contenter de sentir, de voir et de désirer – d’une façon qui lui était étrangère – cet être, à côté de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Initiative fatale [Seira]   Aujourd'hui à 0:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Initiative fatale [Seira]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Report from Participant at the Ottawa Initiative on Haiti 2009
» - Event II - Jolie Jeune Femme... Fatale !
» Jafrikayiti vous invite à L'initiative d'Ottawa sur Haiti 2009
» La ligne fatale
» J'ai vu de la lumière et... [pv seira]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau Des Nobles :: Monde des Vampires: Le manoir des Nobles :: Troisième Étage :: Chambre Rose-
Sauter vers: