AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~†~ Délice Astral [Eléa] ~†~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Dorothy Krory
La malicieuse et fourbe Dorothy



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1298
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuelle + Seme
Situation sentimentale: Chaotique ... Elle n'aime qu'elle.

MessageSujet: ~†~ Délice Astral [Eléa] ~†~   Jeu 24 Déc - 13:52

Un parfum de rose fraiche semblait envahir l’étroit couloir des appartements de la famille Krory. Mais qui pouvait bien en être la cause ? L’odeur était plus forte devant les appartements de Lady Dorothy. Quel était la cause de ce parfum enivrant ? Dans tout les cas, le parfum infestait les couloirs et noyait le nez de la noblesse et de ses chiens. Nouveauté au château, ce parfum animait un peu celui-ci et pour une fois on pouvait y voir un peu d’agitation. Derrière la porte de la lady, une bougie aussi grosse qu’une soucoupe à thé en largeur et aussi haute que trois pommes déverser dans l’air son essence délicate. La fenêtre de sa chambre était grande ouverte et assise sur le rebord de celle-ci on pouvait apercevoir par le jeu d’ombre de la bougie une silhouette de femme. Son visage semblait être dans la direction des jardins du château. Armée d’une flûte traversière, elle se mit à jouer, accompagnant le souffle du vent glacial et les différents petits bruits naturels qui accompagnaient d’ordinaire la nuit. Tel le charmeur des rats ou les charmeurs de serpents, elle semblait appeler quelqu’un ou quelque chose. Ses fins yeux jaunes brillaient comme l’or qu’on avait prit soin de faire briller de mille feux. La charmeuse du haut de sa fenêtre semblait vouloir attirer dans son antre une proie de taille pour assouvir ses besoins primaires et animales. Elle berçait à la fois les astres de sa douce et mélodieuse romance et attirer la curiosité des habitant du château qui pouvait l’entendre jouer au clair de lune.

Se laissant porter par les notes, son esprit créatif partit de nouveau dans la beauté des astres. Une fois de plus, la musicienne avait la tête dans les étoiles, le cœur au fond d’une rivière et les pattes enterré six pieds plus bas. Elle se pencha soudainement vers le sol, guettant d’un œil vif qui pouvait bien l’observer en bas. Une silhouette alors bien familière lui coupa le souffle, un sourire fin et discret vint prendre possession de ses lèvres malgré elle. Poussait par on ne sait quoi, elle cessa de jouer, se leva du rebord de sa fenêtre, ferma en vitesse celle-ci, enfila sa cape noire et se précipita dans les escaliers pour partir à la rencontre de cette silhouette. Une fois arrivée en bas de sa fenêtre, n’ayant pas prit la peine de faire la conversation avec les différents Lords et Ladies qui avaient voulu lui parler, soit pour l’odeur de la bougie ou pour sa musique, elle avait foncé sans réfléchir un seul instant dans la coure. Son sourire n’avait pas disparu, il était toujours là, caché dans l’ombre de son capuchon noir. Elle abaissa sa capuche et regarda autour d’elle, cherchant cette silhouette familière qu’elle n’avait pas vue depuis plusieurs nuits. A son grand désespoir il n’y avait pas l’ombre d’une silhouette à l’horizon, alors que son sourire semblait finalement disparaitre peu à peu le bruit des feuillages qui l’entourait lui redonnèrent une nouvelle fois une sorte de coup de fouet. Elle remit alors sa capuche, voilant de nouveau son visage d’un ombrage et disparut une nouvelle fois vers le bruit.

Devant elle se dressait alors un chemin de terre éclairé par la divine beauté de l’astre lunaire. Les arbres semblaient se joindre de chaque côté par un arc-de-cercle, provocant ainsi une sorte de tunnel bleuté et sombre. La sortie de se tunnel semblait plus petite et plus étroite à l’œil nue, un magnifique effet d’optique qui encourageait la charmeuse à suivre ce chemin. Au sol, les feuilles mortes craquaient délicieusement sous ses pas léger de temps à autre. Elle faisait d’ailleurs exprès de marcher dessus, indiquant ainsi à la personne qu’elle s’amusait à chercher qu’elle n’était pas très loin de lui. Tout en s’enfonçant dans le tunnel bleuté, elle admirait le paysage qui l’entourait, son sourire semblait alors s’agrandir de plus en plus. La personne à qui la silhouette appartenait, du moins à qui elle pensait appartenir, connaissait depuis longtemps ses goûts et ce décor avait don de la transporter loin de son ennui mortel et quotidien que lui inspirait le château ces temps ci. Voilà que le tunnel allait bientôt s’achevait, alors elle préféra continuer à pas de loup pour faire languir un peu plus sa petite proie. Elle déboucha devant une berge. Face à elle se dressait un petit étant dont les bords étaient sous l’emprise d’imposant saule-pleureurs millénaires. Leurs branches suspendues au dessus de l’eau semblaient brillaient à cause de quelques gouttes d’eau et des reflets de la lune. Les nénuphars sur l’eau avaient ouverts leurs plus belles fleurs d’un blanc si pur qu’on n’osait les toucher. Venant se mélanger à sa de petites créatures lumineuses qu’on appel plus communément luciole. Celles-ci semblaient danser avec les papillons de nuit d’une couleur blanche, presque transparente.

En face de la Lady, plus loin sur l’étang du jardin, semblait se dresser sur l’eau un préau de pierre dont les piliers avaient la forme de nymphes musiciennes. Un escalier naturel semblait monter jusqu’à ce préau, sans plus attendre la Lady monta ses marches et alla se refugier rêveuse sous le dôme. La rêveuse s’accouda au balconnet du dôme et regarda avec enchantement l’effet de pluie d’étoiles provoqué par les branches humides des saules et le ballet des petites créatures au dessus de l’eau en attendant avec un soupçon de mélancolie. Pour faire passer le temps elle prit sa flûte et accompagnant les petits êtres dans leur ballet nocturne en attendant impatiemment le propriétaire de la silhouette qui malgré son attente ne semblait pas montrer le bout de son nez. Les cheveux de la jeune femme retombaient en cascade le long de son visage laiteux. Ses yeux alors clos, cachant leur couleur dorée aux yeux de tous. Ce soir sa robe était modeste, son corset en forme de papillon bleuté dont les contours étaient de noir. C’est en levant les yeux vers le ciel qu’elle s’aperçu que le dôme était en verre, le souffle qui animait son instrument fut plus lent quant elle aperçu une silhouette noire sauter au dessus du dôme. Un sourire alors amusé illumina son visage et ses yeux remplis de malices n’attendaient que les siens pour se plonger à l’intérieur. Mais la chose qu’elle ignorait encore c’était que la silhouette qu’elle pensait voir n’était en rien semblable à celle qu’elle attendait, la surprise qu’elle aurait en voyant le véritable propriétaire sa joie allait soudainement tomber à l’eau.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
~†~ Délice Astral [Eléa] ~†~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quel est votre biorythme astral ?
» La Lice
» Bridélice
» Lice Silcen ~
» alter ego astral

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau Des Nobles :: Monde des Vampires: Le manoir des Nobles :: Le jardin-
Sauter vers: