AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Reine des Glaces, blanche pétasse [Eléa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lord Warren Krory
Aîné de Kaname



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1700 ans
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel & Seme.
Situation sentimentale: #

MessageSujet: Reine des Glaces, blanche pétasse [Eléa]   Jeu 3 Sep - 22:49

C'était maintenant certain et Warren s'en rendait compte - à regret peut-être -, la faiblesse fut plus que passagère. A peine avait-il mesuré approximativement sa chère cousine que déjà, celle-ci lui adressait un regard plein d'une affection qui ne lui avait pas réellement manqué. Ô Eléa, que ce regard te sied bien. Agressive, Sarcastique... Tu aboies beaucoup, mais ne mords que rarement, bien qu'en ce soir, je me porte volontaire pour choir sous tes crocs. C'est faire bien du bruit pour peu de chose ; tu es petite, il y a des façons d 'arranger cela, ce n'est pas comme si tu étais laide, le maquillage est une bien belle chose, mais parfois c'est inutile. Oui, tu n'es pas plus haute que trois pommes à genoux mais tu as en contre-partie d'autres avantages qui en font oublier ta taille... Warren l'avait mesuré, et il était fier de l'erreur qu'il venait de commettre consciemment. Il existe certaines choses qu'il ne faut pas faire, des choses qui n'apparaissent pas dans le code de la politesse, par exemple, mais en dehors des signes de tête et des "Les dames d'abord" que Warren pouvait faire à ses heures perdues, il n'était pas des plus délicats, c'est le moins qu'on puisse dire.

Pourtant il lui sembla l'espace d'un court instant que sa cousine avait déjà oublié ce bref incident. Peu de temps avant le pseudo-baiser, il avait semblé à Warren entendre une sorte de ricanement qui sans doute, provenait de sa cousine. Sans doute trouvait-elle la situation amusante, il est vrai que froid comme il était, frigide, il n'accordait pas souvent ce genre d'attention à qui que ce soit. Mais après tout, c'était plus une sorte de pacte qu'il signait là, qu'un véritable geste affectif. Un baiser n'est que peu de chose il est inutile d'y réserver tout un chapitre. Redressé, semblant avoir oublié ce qui venait tout juste de se passer, depuis déjà un moment - après tout ce baiser appartenait déjà au passé -, Warren attendait sans savoir lui même quoi. C'était à elle de savoir ce qui allait arriver maintenant. Le jeu venait de commencer, mais à quoi allait-il aboutir ? Le vampire n'était pas véritablement pressé de le savoir, il avait le temps, mais si, tant qu'à faire, elle pouvait s'y décider avant le lever du jour, cela lui serait agréable.

Alors que déjà son esprit était à mille lieux de cet endroit, Eléa le ramena soudainement à la réalité, à l'endroit présent et au moment présent. Posant sa main sur son avant-bras, elle se saisit de son poignet, entreprenant de le traîner derrière elle. Qu'as-tu encore en tête ? Il y avait dans cette scène, quelque chose d'ironique, bien que Warren en cet instant, ne soit pas véritablement d'humeur à rire. Non, la demoiselle le traînait véritablement alors qu'il ne se montrait pas spécialement enthousiaste à l'idée de retourner au château. Il venait tout juste de le quitter, quoique cela faisait déjà un moment, mais y avait déjà passé toute la journée, il ne comptait pas s'y attarder davantage, chose qui n'était pas, apparemment, dans les plans de sa cousine. Dommage pour lui. Avec du recul, Warren verrait presque la scène sous un autre angle. Les voyant plus jeunes, plus gamins. Alors que la gosse est toute heureuse, elle traîne derrière elle un copain dans le but de lui montrer la toute nouvelle poupée qu'on vient de lui offrir... Simple détail, le copain en question n'a que faire de cette poupée de porcelaine qui, à ses yeux, n'en est qu'une parmi d'autres, il préfèrerait de loin allait jouer dehors, loin de cette chambre de fille.

Une scène qui était similaire à peu de choses près si ce n'est qu'elle n'avait plus l'âge de jouer à la poupée, Warren n'était pas le copain mais le cousin, qui, accessoirement, n'avait aucune idée de l'endroit où elle l'emmenait. Ils étaient en effet plus grands, mais pas si éloignés de cette image. Dans cette histoire, c'était lui la poupée, ou plutôt le pantin dont elle tirait les ficelles actuellement. Le petit être inanimé qui allait enfin connaître l'environnement nouveau dans lequel il allait vivre provisoirement seulement, pour ne pas dire un soir, avant qu'elle ne se lasse rapidement de lui et qu'elle ne le jette, aussi négligemment qu'il lui avait offert le paquet de cigarettes il y a de cela un moment, dans son armoire ou dans un coffre à jouets avant d'en condamner la sortie. Plutôt que d'être terrorisé par cette vision des choses, tandis qu'ils traversaient la cuisine d'un pas rapide, Warren voyait plutôt cela comme un mauvais moment à passer, et plus tôt il serait passé, plus vite il pourrait retrouver sa tranquillité naturelle... Car oui, le vampire n'aime qu'une chose : le calme qui suit chacun de ses pas. La seule chose qui lui soit donnée de supporter. Le vampire limita alors la résistance qu'il offrait gracieusement à sa cousine depuis le début, se redressant légèrement plutôt que de se pencher en arrière pour la ralentir un peu plus. Geste inutile mais au moins, cela l'occupait, en aucun cas, cela n'aurait suffit à arrêter Eléa, mais Warren pouvait au moins espérer l'enquiquiner et retarder ses plans en faisant cela.

Les cuisines traversées, ils ne tardèrent pas à monter les escaliers un à un. Et si sa cousine la ramenait simplement à sa chambre pour l'y cloîtrer ? Ma foi, il pouvait toujours rêver, cela ne lui était heureusement pas interdit. Vint alors rapidement l'étage fatidique, celui qu'il avait quitté en début de soirée, celui des Krory à proprement parler. Passant devant les portes toutes closes de cette étage, Warren se rendit compte qu'il ignorait la plupart du temps qui vivait derrière cette porte. Un Lord, une Lady, quoiqu'il en soit, c'était un membre de la famille, pièce rapportée ou descendant pur et simple, il n'en savait rien et n'en avait que faire, au moins jusqu'à ce que la balade forcée dont il était victime ne s'arrête. Regardant brièvement la porte devant laquelle il se trouvait, le vampire préféra poser son regard plus loin sur le long couloir, regard qui se posa sur une porte en particulier : la sienne, la seule qu'il parvenait à reconnaître bien qu'elle soit l'exacte réplique des autres portes. Un soupir le secoua tandis que la porte devant laquelle elle l'avait arrêté s'ouvrait. A moins qu'elle ne lui ferme la porte au nez - ce qui l'aurait bien arrangé pour une fois -, le Lord avait des doutes quant à la raison de sa venue en ces appartements.

Certes, quelque part, il pouvait se sentir honoré de sa venue en ces lieux, quoique en y réfléchissant davantage, il n'y avait pas de quoi se sentir honoré de quoique ce soit en étant en cet endroit, il n'était sans aucun doute pas le premier vampire à pénétrer dans cette pièce, et encore moins le dernier. Tandis qu'il entrait plus que lentement dans la chambre de la Princesse de la maison, Warren cherchait vainement une raison dans le but de se motiver à rester là. Éternellement froid, il ne semblait pas plus affecté que cela, bien que d'être à l'intérieur une fois encore lui soit désagréable. Certes, l'atmosphère n'était pas la même du tout, beaucoup plus clair, moins fraîche également, mais beaucoup moins sombre et morne que la chambre revisitée du Lord.
Pour la première fois de la soirée alors, le vampire détailla la tenue d'Eléa - c'était la chose la plus intéressante à portée à dire vrai. Corset à lanières et short tout simple, pieds nus - d'où sans doute, la plus grande différence de taille - et ce qui va avec, et qui ne la quitte pas : peau d'albâtre, sans aucun défaut, mèches de cheveux s'évasant sur ses épaules pour certaines, glissant le long de son dos pour d'autres. Rien ne semblait avoir réellement changé à bien y regarder. Warren avait beau chercher, il ne parvenait pas à trouver une quelconque différence avec la Eléa qui était partie peu de temps avant lui, pas le moindre détail. Dieu, que la constance des vampires était ennuyeuse. Plissant les yeux aux vues de cette silhouette connue depuis longtemps, il détourna une nouvelle fois le regard, le posant ailleurs, n'importe où mais sur quelque chose qui était susceptible de changer. Cela ne s'annonçait pas des plus simples, les chambres étaient faites systématiquement, pas un seul brin de poussières ne pouvait y subsister, et tout semblait inexorablement neuf.

Mauvaise habitude qu'avait prit le vampire : où qu'il soit et qu'importe qui lui tenait compagnie, il s'ennuyait. En effet, jamais rien ne se passait dans ce fichu château, ou plutôt, il n'y avait rien d'anormal à ce qui s'y passait. Des vampires assoiffés qui craquent et font des carnages parmi les esclaves, d'autres parmi le personnels, d'autres encore, sur d'autres vampires, bien que cela fasse beaucoup moins de bruit parce que beaucoup moins de dégâts. Actuellement, il faisait un peu partie de la troisième et dernière catégorie, bien qu'il ne sache pas encore ce que lui réservait sa cousine. Allez savoir, Warren préférait ne pas trop avancer de théorie avec Eléa, elle était imprévisible, si bien que soudainement, elle pouvait lui demander de partir. Si seulement... Bien qu'il aurait toutefois un regret à cela. En effet, il partirait l'estomac vide... Et, se venger sur un vulgaire humain lorsqu'on croise l'aînée en soirée, et qu'elle reste quelques instants en votre compagnie, a un goût relativement fade... D'ailleurs, non, elle était restée à l'endroit où il se trouvait, non pas pour lui tenir compagnie, mais plutôt parce que depuis le début, elle avait décidé qu'elle irait à cet endroit quoiqu'il s'y passe. Bref, actuellement, le vampire songeait à autre chose. Il n'avait pas eu le temps de chasser, il avait encore eu le temps de ne rien faire si ce n'est dire trois mots - auxquels la belle n'avait d'ailleurs pas répondu - et fumer une cigarette, en sacrifiant une autre pour quelqu'un d'autre que lui.

Bien piètre compte-rendu de soirée bien qu'elle ne fasse que commencer. De nouveau, et sans chercher à s'en cacher, Warren soupira en reposant son regard sur Eléa. Il s'ennuyait, cela se lisait constamment sur lui, il le savait, et ne cherchait même pas à limiter cet effet. Le vampire récupéra d'un geste vif sa main, quitte à y laisser quelques morceaux de peau sous les griffes de sa cousine, et glissa cette même main dans ses cheveux avant de la garder à hauteur de sa nuque. Détaillant la pièce plus attentivement encore maintenant, avant de passer au plafond en basculant la tête en arrière. Simple, certes, mais il faisait partie de la chambre au même titre que le lit. Le Lord entrouvrit alors les lèvres, mais se ravisa finalement, les fermant de nouveau, abandonnant l'idée de parler, cela ne lui servait à rien, et finalement, il n'avait rien à dire. Rien qui puisse l'intéresser en tout cas. De toute façon, quoiqu'il dise, elle ne l'aurait pas entendu ni même écouté. Warren ramena lentement ses deux mains dans les poches de son pantalon avant de s'immobiliser de nouveau, les yeux clos, attendant qu'une fois de plus, Eléa annonce la couleur ; au point où il en était maintenant, de toute façon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Eléa Krory
Aînée d'Ashura



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1785 ans.
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuelle - Semuke
Situation sentimentale: compliquée

MessageSujet: Re: Reine des Glaces, blanche pétasse [Eléa]   Lun 2 Nov - 1:36

    ‘Dans mes bras tu es venu te jeter Warren. Je n’en ai absolument pas terminé avec Toi. Tu seras mien ce soir, je t’utiliserais à ma guise. En contrepartie peut-être serais-je clémente avec mon jouet d’un soir qui probablement me divertira.’

    Elle entra dans la chambre, marchant lentement devant lui, laissant à la portée du vampire la possibilité de lui sauter au cou, la prenant par surprise. Mais cela n’étant pas dans ses habitudes, Eléa restera sage le temps que sa patience laisse place à la vivace envie qui la ronge. Oui, l’Eléa d’il y a une demie heure, en présence de sa chère cousine Seira, a laissé place à celle qu’elle joue depuis si longtemps. Il est tellement difficile pour elle de se mouvoir sans son masque. Sans lui, elle est mise à nue à la vue de tous. Misérable et faible elle pense risquer de se faire attaquer par la vicieuse sournoise et cruelle peur tapie au fond de chaque être, quelle essaie d’étouffer par tous les moyens possibles. Omniprésente, elle est invisible et oppressante. Elle est rongée jusqu'à l’os par ce sentiment si amer et futile à son gout. Persuadée que la coupable attend son heure, cachée au fond d’elle-même, coulant même dans ses veines. Elle ne peut l’ignorer, elle est cernée.

    ‘Un temps seulement, rien n’est éternel Warren. Même Moi, Eléa ne sera pas éternelle. Lentement je laisserais place à une autre. Une bien pâle copie de moi-même se souvenant amèrement de mes glorieuses. Triste sort que celui qui m’est réservé, je méritais probablement mieux autrefois. Mais je me suis corrompue, enfermée dans un rôle qui me ronge. Je ne peux plus m’exposer aux yeux de tous. En aucun cas je ne dois laisser mon masque tomber, ou alors je serais comme le cosmonaute sans combinaison. Cela ne se peut, cette combinaison lui est vitale, et la mienne également.’

    Elle le laissait là, au milieu de la pièce allant se diriger vers le grand dressing qui se trouvait là, derrière les deux grands miroirs aussi haut que le plafond. Encore un caprice de l’ainée, qui les a fait faires sur mesures. A l’image de sa grandeur d’esprit évidemment. Elle les ouvrit aisément, comme à son habitude. Une impressionnante collection de vêtements s’étendait là devant elle. Toutes sortes de robes, bustiers et autres accoutrements qu’elle ne portait plus depuis un long moment. Et pourtant tout au centre de la grande armoire, se trouvait des robes bien différentes des autres. Nettement plus courtes et franchement moins épaisses, elles trônaient là en maitre. Visiblement, Eléa n’avait pas seulement fait le tour du monde.. Fidèle à elle-même, elle avait opté pour la dernière mode du monde humain. Court, léger et divin.

    ‘Assied-toi Warren.. Si tu le souhaites.’


    ‘ Oh mon doux Warren. Tu auras la chance de gouter au miel qui donne envie aux mouches qui viennent lamentablement s’y coller. Tu pourras sentir le corps de l’Ainée contre le tien. Sentir mon souffle au creux de ton cou, et humer l’odeur sucrée de mon sang. ‘

    Sa voix s’éleva de nouveaux, sereine et détachée comme à son habitude. L’aînée fit preuve d’une politesse inhabituelle qui annonçait probablement une avancée en eaux troubles pour les deux acteurs.
    Sans prendre le temps de regarder son cousin, elle ouvrit lentement la fermeture éclaire puis laissa le short glisser le long de ses jambes jusque ses chevilles.
    A moitié nue, Eléa se trouvait devant l’immensité de vêtements qu’elle ne portait qu’une seule fois. Son regard se posa sur les quelques housses de vêtements de couleur taupe qui se trouvaient entre les bleues et les noir. Etrangement son regard dériva sur toutes les anciennes robes qu’elle eut portées, laissant apparaitre un sourire moqueur sur son visage, se demandant combien l’avait-on payé pour qu’elle porte de telles immondices. Son choix se porta sur la 3eme housse en question, avant de se rendre compte, que sa main ne pouvait l’atteindre, son sourire arboré quelques secondes avant s’effaça comme l’existence d’une fourmi écrasée par l’immensité humaine. Quel dilemme pour celle qui a la réputation d’avoir le bras long.


[En ce moment, panne d'inspiration majeure, le carburant est devenu trop cher u_u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Warren Krory
Aîné de Kaname



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1700 ans
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel & Seme.
Situation sentimentale: #

MessageSujet: Re: Reine des Glaces, blanche pétasse [Eléa]   Mar 3 Nov - 2:32

Du milieu de la pièce, Warren voyait bien Elea bouger, pire : il en voyait deux. La vraie, s'avançant fièrement vers un dressing peut-être plus de deux fois plus grand qu'elle, et une autre, semblable en tout point, aussi fière, arborant le même sourire qui réveille en vous des envies de meurtres... Comme il aurait aimé de nombreuses fois par le passé, griffer ce visage insolent, déchirer ce sourire impudent, plein d'une fierté qu'on ne voit que rarement, plein d'une assurance à vous en dégoûter. L'une des deux Elea ouvrit le dressing pour y laisser entrevoir d'innombrables tenues. Combien pouvait-elle avoir de morceaux de tissus là-dedans ? Pourquoi les femmes ont-elles cette manie de remplir leur placard de choses qui leurs sont inutiles, qu'elles ne portent pas, ou peu ? Lorsque Warren voyait toutes ces tenues diverses et variées, lorsqu'il voyait ces couleurs l'aveuglant, l'agressant, il avait l'impression de tomber dans un autre monde. Non loin de là, sa chambre, son antre, sombre bien plus petite car moins bien aménagée, mais bien plus belle, plus agréable... Plus à son image. Dans de pareils moments, sa chambre lui manquait, et qu'était sa vulgaire armoire à côté de ce dressing ? Le dressing inondé de tenues et l'armoire, petite, sobre, presque vide puisque seules quelques tenues noires, seulement noires, y étaient pendues. Voilà que le côté excessif d'Elea revenait à grands pas, comme s'il ne pouvait demeurer loin trop longtemps, un peu comme s'il s'imaginait que ce côté là pouvait manquer à qui que ce soit.

Warren découvrait certaines tenues. Il ne voyait pas forcément souvent Elea, mais il découvrait avec une horreur plus ou moins intense, le genre de tenue qu'elle pouvait mettre, ou qu'elle avait pu mettre. Il en venait même à se demander si elle se rendait bien compte de l'extravagance de certaines... Mais après tout, là n'était pas son problème, il s'en moquait éperdument, que pouvait-il bien faire face à cela ? Cela ne le regardait pas. L'intérêt de tout ceci, il l'ignorait : les tenues ne sont que de vulgaires bouts de chiffon qui cachent un corps plus ou moins bien. Alors qu'il était perdu dans l'immensité de ce dressing, semblable à une pièce à lui seul, la voix de la belle s'éleva, cristalline, dans la pièce, sortant Warren de sa torpeur au moins partiellement : il osa au moins soulever légèrement ses paupières pour porter son regard émeraude sur la propriétaire de cette chambre. Pourquoi tant de politesse, soudainement ? Qu'avait-elle ? Voir tant de vêtements la détendait-elle ? Warren se souvenait d'avoir entendu dire, lors de ses voyages à travers les contrées, que les femmes aimaient à faire les boutiques, mais de là à ressentir un plaisir en regardant simplement des vêtements. Sans compter que pareilles paroles extirpées de la bouche de la vampire sans trop de difficulté, ce n'était pas banal, pas anodin, c'était quelque chose qu'il fallait noter, remarquer et même appuyer. Elea, gentille. Deux mots qui semblent totalement opposés, la seule idée de vouloir les mettre collé l'un à l'autre est futilité, pire, pure hérésie. Elea, gentille ? Même dans nos fantasmes les plus fous, cela paraissait impossible. Raison pour laquelle finalement, Warren resta debout et ne prêta pas vraiment attention à ces paroles.

Comme si l'automate se rendormait, lentement, ses paupières se rabaissèrent, revenant à un niveau bas sans pour autant l'aveugler totalement, un fin croissant de lumière survivait à travers la noirceur des ténèbres mais c'était amplement suffisant. Même s'il n'avait pas tenu compte de la proposition de sa cousine, Warren n'avait de cesse d'y songer, la douceur de sa voix, ce timbre délicat et mièvre peut-être même, ayant le don de vous faire baisser votre garde, n'avait rien de naturel ici. Que pouvait-elle donc préparer ? Encore que, sur ce point là le vampire avait bien une faible idée du destin qu'elle lui réservait. Quant à la suite, il ne comprenait pas vraiment, et puis, pourquoi voulait-elle se changer ? S'attardant sur ce dernier détail, le pantin reprit lentement vie, déposant son regard sur la vampire qui, tout naturellement, retirait ses vêtements devant son monstre d'armoire.
Qu'il est difficile de chercher à lire en toi, Elea... Enfin non, pas tout à fait. Savoir que tu mijotes un plan est aisé, par contre, décrypté le scénario qui germe en ton crâne est une toute autre affaire.

Fixant un point de sa colonne vertébrale, Warren la vit se hisser sur la pointe des pieds pour caresser le vide du bout des doigts. Une fois encore, l'enfant faisait un caprice, malheureusement pour cette fois et cette fois seulement, elle devait se débrouiller seule... Et tu n'en est même pas capable. Le vampire aurait pu rester longuement à la regarder s'étirer de tout son long sans, pour autant, que ce soit suffisant, cela devait être rageant, sachant qu'il ne restait que quelques centimètres à peine. La galanterie exigerait de lui qu'il s'avance à elle, esquisse un sourire poli et non moqueur, lui attrape le vêtement qu'elle ne pouvait atteindre et s'incline respectueusement en lui tendant l'objet convoité... Mais Warren n'était pas de ceux qui se confondent en manières, pire, en protocoles. A quoi bon ? Elle était princesse, et alors ? Il était issue de la même famille, et ils n'avaient que peu d'années de différence, un humain pourrait avoir l'âge qui les sépare, c'est dire si c'est bien peu. Par conséquent, l'âge, et simplement leur caractère, que ce soit celui de la demoiselle concernée ou celui de Warren, l'incitaient à ne pas s'attarder sur ce genre d'attitudes. Ce ne sont après tout que des gestes automatiques qu'on apprend par cœur et qu'on s'efforce d'appliquer au bon moment, l'équivalent des formules de politesse. Au diable tout ceci, il faisait déjà un effort surhumain pour supporter ce château, qu'on ne lui demande pas, en plus, d'obéir aux normes protocolaires qui y règnent en principe.

Un soupir le secoua, pour changer, et le vampire tourna le dos à sa cousine. Il observait la pièce avant que son regard ne se pose sur un siège, non loin de lui. Et dire qu'il pourrait être en ce moment même à cette place, si la belle n'était pas si calculatrice et s'il n'était pas aussi orgueilleux. Quelques pas silencieux l'amenèrent à cette même chaise. Le dossier semblait être merveilleusement confortable, l'envie de s'y assoir était prédominante ici, mais Warren n'était pas du petit monde, s'assoir n'avait rien de bien glorieux, ni même d'utile à ses yeux. Non, il réservait une toute autre utilisation à ce siège, ce soir, en effet, celui-ci aurait l'honneur de participer à l'ascension éphémère d'Elea. Le vampire posa ses mains sur les accoudoirs du siège et le souleva au-dessus de sa tête, il s'approcha ainsi de la belle blonde et posa le fauteuil à côté d'elle, tout près. Le Lord fit même l'effort d'ajuster la position du siège en fonction de sa cousine et également du vêtement qu'elle avait dans l'idée d'atteindre. Le vampire regarda un peu plus attentivement sa cousine, avant de pivoter son regard sur le fauteuil. Un bref sourire étira ses lèvres avant qu'il ne disparaisse aussitôt. Non, loin d'être galant ce soir, Warren ne l'aiderait pas directement à attraper l'objet de sa convoitise, il avait déjà eu la bonté de lui apporter un accessoire lui permettant de retrouver une grandeur raisonnable, quoi qu'un peu excessive tout de même, il ne fallait, par conséquent, pas trop lui en demander.

" Faute de tabouret... J'ose espérer que ce sera suffisant, la déchéance est suffisante ainsi, il me semble. "

Naturellement, il lui était impossible d'apporter son aide en silence, s'il devait aider, cela signifiait qu'a fortiori, il devait se forcer, aider n'était pas dans sa nature, par conséquent, une pointe d'ironie n'était pas optionnelle dans ce genre d'occasion, c'était nécessaire pour ses propres exigences. Avant qu'il ne reçoive les revers éventuels de la médaille, le vampire fit quelques pas en arrière, puis il fit volte-face pour s'approcher d'une fenêtre, allant observer l'extérieur. La lune éclairait les jardins, elle éclairait une bonne partie des terres et à bien y regarder, il n'y aurait même pas besoin de lumière pour circuler dehors, la simple clarté de la lune, douce, pâle, suffisait. Baignant les terres d'une lumière délicate et chaleureuse, le spectacle se déroulant à l'extérieur laissait Warren songeur quant à ce qui l'attendait là, à l'intérieur, dans une pièce glaciale de par les personnalités qui s'y trouvaient. Songeur peut-être, pas malheureux pour autant, depuis le début de cette soirée, le vampire aurait pu éviter de nombreux détails qui ne faisaient qu'accélérer sa chute... Et pourtant, agacer était son passe-temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Eléa Krory
Aînée d'Ashura



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1785 ans.
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuelle - Semuke
Situation sentimentale: compliquée

MessageSujet: Re: Reine des Glaces, blanche pétasse [Eléa]   Mer 4 Nov - 1:19

    'Ahuri, arriéré, benêt, cloche, hébété, idiot, imbécile, niais, sot, stupide, insignifiant vers futile. Tu ne sais pas la faveur que je te fais, t’avoir fais entré ici est un honneur pour Toi. Surtout pour Toi, Warren. La frigide armoire à glasses du château. Celui qui n’est pas de bonne compagnie. Le rustre, aphone, morne et taciturne. Abruti. Te rends-tu compte ? Si quelqu’un nous voyait ensemble, quel honneur pour Toi, et quel désastre pour Moi. '

    « Gentiment » il lui posa le fauteuil de façon à ce qu’elle puisse se saisir de la tenue idéale pour ce qu’elle lui réservait ensuite. Oui tout un programme. Elle testerait l’aptitude de Warren à résister à la tentation. Avoir le probable plaisir de voir Warren se tordre de douleur tendis qu’il n’aurait en aucun cas le droit de toucher à qui que ce soit dans cet espace clos, étouffant et grouillant de monde. Oh oui, il y aurait de quoi faire, de quoi torturer tout vampire qui se respecte, le faire désirer la chose qu’il convoite toujours. Avec l’interdiction de se faire voir ni entendre. Tout ceci doit être rapide et discret. Mais ici Eléa voit tout. Elle est la reine des abeilles fabriquant son miel où toutes les mouches viennent s’y coller et y mourir. Oh oui elle aime ça, elle s’en délecte d’avance. Elle regardait Warren se déplacer du coin de l’œil, méfiante et satisfaite à la fois. Elle avait réussi à faire bouger le grand pantin de glace. Pourtant ce qui se voyait dans ses yeux n’était que le feu de l’ardente rage qu’elle éprouvait en cet instant. La marionnettiste resta cependant de marbre, tendis que sa nouvelle marionnette allait se ranger dans sa petite boite.
    L’ainée posa la main sur le dossier du fauteuil, s’appuyant dessus pour qu’elle puisse monter sans trop de soucis, ce qui, pour sa taille était une marche de taille justement. Une fois hissée dessus, elle dénoua lentement son corset une fois arrivée en haut, elle se contenta de tirer sur le ruban et le laissa tomber sur le coté. Le petit bout de tissus satiné vint heurter l’accoudoir pourpre du fauteuil avant de glisser de nouveaux vers le sol suivit du corset qui lui aussi vint s’écraser au pied du dit siège. Désormais en sous vêtements dit « affriolants », d’un prix dérisoire pour le peu de chaire qu’ils couvrent, Eléa se saisit de la troisième housse de couleur taupe marquée d’un D&G doré. Elle ouvrit la housse, empoignant le ceinture qu’elle lança non loin d’elle avant de descendre de son perchoir. Le morceau de tissus difforme pendait posé sur son avant bras. Elle le fit glisser au sol, se plaçant dans le cercle que la robe avait formé. Elle se pencha lentement, laissant ainsi ses boucles d’or glisser de ses épaules pour venir pendre dans le vide. Elle remonta lentement son vêtement jusque son buste, passant ses bras dans les bretelles et remonta la fermeture éclaire latérale. La robe était parfaitement ajustée, faite sur mesure. Depuis qu’elle l’avait reçue, la belle n’avait pris, ni perdu un gramme, évidemment.


    Eléa s’attarda sur son cousin qui restait à le fenêtre, comme à son habitude. La belle soupira et s’approcha lentement de lui. Une fois arrivée à sa portée, elle passa une main sous la chemise noire de son cousin, en promenant son doigt le long de la colonne vertébrale.

' Je suis prête, nous pouvons y aller.. '


    Elle l’avait murmuré un sourire significativement non innocent aux lèvres, le même qu’elle arborait toujours lorsqu’elle désirait quelque chose. Oui, elle est manipulatrice et ça marche. Elle le sait, elle l’a toujours su que ses manières, voix et expressions, ses atouts physiques même, l’aidaient grandement dans quasiment tout ce qu’elle entreprenait. Elle le sait, mais probablement aurions-nous du la laisser l’ignorer. Mais il est trop tard, tout ceci est encré en elle. Il est trop tard, bien trop tard. Malheur à vous.

    Sa seconde main se faisait baladeuse, elle vint elle aussi se promener sous la chemise ébène se dirigeant en direction du ventre de Warren. La deuxième vint la rejoindre tendis que la première passait sous l’élastique du caleçon masculin. Eléa n’attendais pas à ce qu’il réagisse ni réponde. Elle voulait simplement lui faire savoir qu’elle était ouverte a cette opportunité, comme a une autre d’ailleurs. Ceci dit, elle changea bien vite d’avis, retirant sa main aussi lentement qu’elle l’eut hissée jusque là, elle se retourna pour se diriger en direction de son armoire pour prendre ses chaussures à talons hors de prix, eux aussi.
    ‘Pourtant tu m’attendrirais presque, toi et tes cheveux de feu, ternis par les années qui t’on lessivées encore et encore. Je te déteste presque autant que je t’apprécie, pourtant tu es tout ce que je fuis. Tu es froid, immobile et discret. Tu le sais, j’aime le démesuré, et Warren, tu es démesurément grand. Tu as tout et rien pour me plaire. Mais chez toi, ce que je préfère c’est ta docilité et ta faculté à te taire..’
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Warren Krory
Aîné de Kaname



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1700 ans
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel & Seme.
Situation sentimentale: #

MessageSujet: Re: Reine des Glaces, blanche pétasse [Eléa]   Mer 4 Nov - 23:59

A le fenêtre, Warren voyait véritablement tout, il pouvait observer aussi bien l'extérieur : sombre, ténébreux, magique ; que le reflet de la pièce dans laquelle il se trouvait : éclairée, limpide, banale. Ainsi, il put voir Eléa grimper sur le fauteuil, et sortir ses affaires avant de finir de se déshabiller. Pourtant bien vite il se lassa du spectacle, ce qu'il voulait simplement, c'était la voir monter sur le fauteuil, ou plutôt, observer attentivement le moment où l'Aînée allait s'abaisser à cela... Il l'avait vu faire, et le spectacle était décevant, parce que finalement, trop peu spectaculaire. Songeur, silencieux et immobile comme il avait l'habitude de l'être, le vampire attendait patiemment que les froissements de vêtements ne cessent, signe qu'enfin, la Reine serait prête. A ce propos, le Lord ne comprenait pas pourquoi elle l'avait amené là, elle aurait très bien pu le laisser dehors et le reprendre en passant ensuite, à moins qu'elle ait eu peur qu'il ne disparaisse brutalement dans la nuit comme il le faisait si souvent en temps normal. Un soupir naquit dans le thorax du vampire, mais il le retint, son attitude suffisait à montrer, à qui voulait bien voir, qu'il n'attendait que de partir, pas besoin d'ajouter le son à l'image.

Toutefois un soupir l'extirpa de ses innombrables rêveries, il pu alors remarquer qu'Eléa était prête. Tout ce temps pour finalement, si peu de tissus. La robe qu'elle portait était pour le moins courte, du moins, c'était le point de vue de Warren, et elle suivait à perfection chacune des courbes du corps de la vampire. A croire qu'on l'avait cousu sur elle. Le Lord fut surpris - même si l'expression de son visage ne changea pas un seul instant - de constater que cette fois, c'était elle qui soupirait. Il était au moins heureux de constater que l'un comme l'autre, s'ennuyait dans cette pièce, en pareille compagnie. C'était sans doute normal, ils étaient si différents l'un et l'autre... Et pourtant, justement parce que Warren est passif et qu'Eléa est active, parce qu'elle ne fait que décider et qu'il se contente d'obéir sans broncher, tout devrait bien se passer. A croire que la vampire elle-même, s'ennuyait de l'absence de résistance, de l'absence d'un semblant de rébellion. Peu à peu, la belle disparut derrière le vampire. Si le Lord ne sentait pas l'une de ses mains sous sa chemise, il aurait pu penser qu'elle s'était éclipsée. Naturellement, ce cadeau aurait été bien trop beau. Loin d'être le cas, la vampire laissait glisser ses doigts le long de la colonne vertébrale du Lord, ce qui avait le donc de raidir sa nuque et de lui bloquer quelque peu la mâchoire. Non pas qu'il n'appréciait pas, c'est plutôt que dans de telles circonstances, tel que c'était le cas maintenant, Warren aurait pu, aisément s'en passer. La phrase qu'elle prononça peu après laissa le vampire perplexe, et elle eut le don de lui faire oublier ces caresses insistantes dans son dos. Où étaient-ils censés aller ? Le vampire n'avait pas prévu cela, loin de là. Aller dans la chambre de la Princesse du château est une chose, passer toute une nuit en sa compagnie on-ne-sait-où en est une toute autre...
Je me suis laissé prendre dans ton piège ce soir, Eléa, alors d'une certaine façon, je suis obligé de me laisser manipuler par tes mains expertes. Saches simplement qu'après cette soirée en ton entière compagnie, je ne sortirais plus avec toi avant deux ou trois millénaires au moins...

Warren était calme, c'était à la fois une qualité et un défaut. Ce soir, il allait supporter ce qu'elle lui réservait, ce soir, d'une certaine façon, il lui appartenait entièrement. Mais ce soir seulement, car une fois que le jour se lèverait, Warren se ferait une joie de s'émanciper de sa chère et tendre de cousine. Eléa est agréable à voir, elle l'est mieux encore de loin. Le vampire s'était fait prendre ce soir, il allait s'écouler un long moment avant que la chose ne se reproduise une nouvelle fois. Connaissant sa cousine, il allait sans doute, ce soir, devoir supporter au-delà du supportable, sans doute serait-il au bord de la folie comme souvent, à moins qu'elle ne parvienne à lui faire dépasser ces mêmes bornes. Alors qu'il méditait quant à l'issue éventuelle de la soirée, l'une des mains de la belle - toutes deux réunies un instant sur le ventre du Lord - filtra à travers le pantalon de Warren, allant même au-delà du caleçon. Cela n'avait même plus le don de l'impressionner, Eléa était si... Inqualifiable. Si unique en son genre. Elle se retira toutefois, retournant à son armoire tandis que le Lord faisait volte-face, rejoignant lentement et discrètement la porte. Il s'arrêta non loin de celle-ci, adressant un bref regard à sa cousine, la voyant enfiler des chaussures à talons hauts. Un fin sourire vint alors étirer ses lèvres.
Sans doute te faudrait-il au moins ça pour que tu puisses entrer dans mon champ de vision, si l'envie te prenait d'être tout près de moi...

Le sourire s'évapora rapidement et le vampire ne retint pas un soupir, cette fois. Sa main se posa sur la poignée de porte de la chambre de sa cousine et il ouvrit la porte sans chercher à l'attendre. Si elle s'était changée, s'ils pouvaient y aller, c'était sans doute qu'elle avait une idée en tête, une idée qui les conduirait loin du château ; et quand bien même ce ne serait pas le cas, Eléa n'aurait pas de mal à le rattraper en cours de route, après tout il ne cherchait pas à fuir, juste à faire avancer les choses. Un nouveau regard vague adressé à sa cousine, et le Lord sortit de la pièce aussi froidement et nonchalamment qu'il y était entré, s'engouffrant dans les couloirs avant de redescendre les escaliers qu'il avait monté il y a peu. La soirée allait être longue, et il n'en était malheureusement que bien trop conscient. Si seulement, en cours de route il pouvait croiser un humain susceptible de l'occuper... C'était, semble-t-il, trop demander. Warren lui était exclusivement réservé à elle, en ce soir. A croire qu'il était réellement malchanceux. Sans s'en rendre compte, ou plutôt, s'en rendant compte au dernier moment, le Lord atteignit les portes d'entrée du château, exagérément majestueuses, et démesurément grandes. Il s'arrêta non loin, pivotant légèrement la tête pour surveiller du coin de l'œil les escaliers, et attendant l'éventuelle venue de son bourreau aux boucles blondes, en silence, comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Reine des Glaces, blanche pétasse [Eléa]   Aujourd'hui à 0:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Reine des Glaces, blanche pétasse [Eléa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOLA HARPER ? La reine des glaces
» Lyleïa ? Reine des Glaces ou Petite Poupée de Porcelaine ? (finie)
» La reine des Glaces...Red Lehane ( finit !!)
» Reine des Glaces [Pv] [Terminé]
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau Des Nobles :: Monde des Vampires: Le manoir des Nobles :: Appartements des Descendants :: Appartement de Lady Eléa Krory-
Sauter vers: