AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 † Lady Diao Hildegard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Diao Hildegard
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



Pièce d'identité
Âge de jeu: 19 ans -pour les humains-
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuelle - Seme.
Situation sentimentale: Huh ?

MessageSujet: † Lady Diao Hildegard   Dim 4 Jan - 14:39

Nom:
Hildegard.

Prénom:
Diao.

Statut social:
Lady.

Âge:
19 ans -pour les humains-.

Sexe:
Féminin.

Orientation sexuelle:
Hétérosexuelle.


Caractère:
Le caractère de cette Lady est bien une chose complexe. En effet, elle a plusieurs cartes dans son jeu, et ces cartes sont nombreuses, aussi, elle en possède une pour chaque personnalité, et elles sont toutes aussi diverses que variées. En compagnie de Lord et Lady posés et agréables, elle pourra être de même, toute aussi polie que son éducation le lui a inculqué, gentille, douce et peut-être même compatissante si la chance vous sourit. En cette compagnie, vous aurez à faire à une Lady calme, loin d’un quelconque esprit pervers, et même renfermée sur elle-même, n’osant pas placer un mot et à peine répondre aux questions qui lui sont posées. Certains verront un Ange en elle à ce moment, et d’autres la détesteront, estimant peut-être que pour une
Lady, elle est trop gentille, ceux-ci verront leur sort changer avec "l’autre Lady". En effet, cette partie là d’elle lui permet, en
somme, de tester le terrain, d’avoir un avant-goût de chaque vampire, ou de chaque… Quel est leur nom déjà ? Ah oui, "humains", c’est ça ? Bien entendu, elle peut commettre des erreurs, après tout, tout vampire peut jouer un rôle comme elle se plait à le faire. Son caractère peut diverger légèrement si elle est en compagnie de Nobles un peu plus sadiques dirons-nous, à ce moment, la belle sera légèrement différente, souriant aux moindres mots fourbes et aux remarques déplacées, sans pour autant donner son propre avis, encore une fois, elle préfère entendre plutôt que parler, mais ça, c’est un état général chez elle, elle ne parle pas souvent, mais lorsqu’elle le fait ce n’est que pour enchaîner les sarcasmes et les méchancetés, enfin, encore une fois, tout dépend avec qui elle se trouve.
Et il y a une autre Lady, celle qui ne se montre qu’en tête-à-tête avec des êtres qui lui sont inférieurs, homme ou femme, peu lui importe, elle aime à se montrer désagréable et à leur rappeler qui est le maître, enfin, la maîtresse en l’occurrence. Allez savoir pourquoi elle éprouve un besoin de rabaisser les autres, de leur rappeler avec un sourire insolent qui ils sont, et qui elle est. Elle peut se montrer sadique avec ceux qu’elle aime tout particulièrement à côtoyer -parce qu’ils ne se laissent pas faire, ou parce qu’ils
ne l’aiment pas-, les voir souffrir l’amuse, et souffrir ne la dérange pas plus que ça, encore faudrait-il pouvoir lui faire du mal, son esprit est parfois si perverti qu’il parait difficile de l’atteindre avec des gestes, ou des paroles d’ailleurs. Enfin, comme vous avez pu le remarquer, elle est obstinée et aime les choses compliquées, gagner le respect et la servitude d’un être trop facilement, la lassera extrêmement vite, même si, lorsqu’elle s’ennuie, elle peut toujours se défouler sur ceux-ci. Mais fort heureusement, la plupart du temps, elle trouve toujours un être récalcitrant qui ne veut absolument pas entendre parler d’elle, ce qui lui fournit pas mal d’occupation en général. Voyons, sa présentation caractérielle touche bientôt à sa fin, que peut-on ajouter ? Peut-être est-il nécessaire de dire qu’elle est prête à de nombreuses choses pour avoir ce qu’elle veut, puisqu’elle n’attache que peu d’importance à tout ce qui l’entoure, êtres comme objets d’ailleurs, du moins qu’elle puisse toujours jouer à la fin. Autre détail, elle n’éprouve aucun sentiment, ça a été depuis longtemps bannis de son vocabulaire, à moins qu’ils ne s’y soient jamais trouvés… Enfin peu importe la cause, les conséquences sont là : amitié, haine, tristesse, peur, toutes ces choses plus inutiles les unes que les autres sont inexistantes chez elle, ah, le pire reste l’amour… Une perte de temps impressionnante pour des sensations finalement minimes… A quoi bon s’attacher à une personne alors qu’on trouve toujours mieux ? En tout cas, Diao n’y voit aucun intérêt, si "amour" est banni de son vocabulaire, "fidélité" l’est également, cela aussi, ça ne lui sert à rien, elle n’a qu’un mot qui demeure, et demeurera sûrement longtemps : plaisir.

Physique:
Que dire de son physique ? Partons de sa silhouette générale pour ensuite aller au détail. Alors voyons, dans l’ensemble, elle a un physique plutôt agréable à regarder, de jolies formes, et est plutôt grande et élancée. Environ 1m70 pour 55kg. Visiblement, cette Lady semble aimer varier les tons, elle n’hésite pas à s’habiller de différentes couleurs, toujours bien assorties entre elles. La plupart du temps, elle est vêtue de rose de différentes teintes, allant du rose très pâle à un mauve assez clair. La jeune fille à l’air d’avoir des goûts de luxe à en juger par ses bijoux plus que par ses habits car, en effet, ses vêtements paraissent plutôt simples.
De simples ballerines à petits talons aux pieds, pour ce qui est de ses jambes et cuisses, c’est un collant aux fins motifs qui les recouvre d’une part, et une longue jupe, descendant à moitié de ses jambes environ, ouverte largement sur le côté gauche d'autre part. En guise de haut, Diao a une tunique qui lui arrive légèrement au-dessus des genoux, à mi-cuisses dirons-nous, une tunique principalement faite par deux tissus : un premier tissus près du corps et assez épais, d’un rose s’approchant légèrement du rouge et un second, beaucoup plus fin et souple, blanc, tirant légèrement sur le rose, encore une fois. Cette tunique est maintenue à la taille de Diao, par une large ceinture se situant de part et d’autre au-dessus de ses hanches et en dessous de ses dernières côtes. En parlant de côtes, la demoiselle a un corps si svelte qu’elles ressortent légèrement -quand elle est nue évidemment-, il en sera de même pour ses épaules, en passant doucement la main dessus, on peu sentir l’os se cachant en dessous à l’origine de cette créature. Mais revenons-en à la ceinture qui se termine dans le dos, par un nœud assez délicat, laissant partir de part et d’autre deux longues bandes d’un tissu fin et quasi transparent. Reliée par un fin point de couture invisible au niveau de sa poitrine, la tunique de notre Lady s’étend alors sur ses bras fins, les cachant partiellement et laissant sa gorge aux yeux de tous -sacrilège-. Les manches de son vêtement son assez bouffantes ce qui lui permet de cacher la finesse de ses avants-bras, qui se prolonge même jusqu’à ses doigts, tout aussi délicat que le reste. Pour autant, les manches sont serrées aux poignets par des bracelets en or réglable, lui permettant de les adapter parfaitement à son poignet, enfin, et nous en aurons terminé avec la tunique, les extrémités des manches viennent cacher à moitié les mains de Diao, portant diverses bagues toutes plus belles les unes que les autres.
Après être passé par la gorge de la demoiselle, nous voici à son cou, un cou délicat qui ne demande qu’à être mordu, même s’il demeure caché par une légère écharpe enroulée soigneusement. Au cœur du détail, nous passons maintenant au visage de la Lady, partie de son corps où il y a certainement le plus de choses à dire. Un visage aux traits fins, et plutôt ovale sans être trop allongé, pour autant, juste ce qu’il faut. Ses lèvres sont parfaitement dessinées, d’un rose plutôt pâle, mais qu’elle parvint à rougir miraculeusement -merci au maquillage-, un nez fin et plutôt normale lui aussi, ni retroussé, ni crochu et heureusement. Des yeux légèrement en amande, très jolis, qui donnent davantage de charme à sa personne, d’une couleur ténébreuse : un bleu profond,
profondeur qui se voit accentuée par la légère touche de maquillage que la Lady ajoute sur ses paupières, et enfin, de fins et longs sourcils viennent terminer la description de son visage. Diao a les cheveux châtains, plus ou moins foncé selon l’éclairage de la pièce et les saisons, elle a deux mèches de cheveux partant du milieu de son visage pour aller s’étendre élégamment à ses oreilles,
qui demeurent cachées elles aussi. On peut dire que la demoiselle a les cheveux plutôt longs, mais elle les garde toujours attachés pour des raisons d’élégance seulement, elle trouve cela plus délicat, et ça lui donne une bonne raison pour mettre des broches splendides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Diao Hildegard
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



Pièce d'identité
Âge de jeu: 19 ans -pour les humains-
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuelle - Seme.
Situation sentimentale: Huh ?

MessageSujet: Re: † Lady Diao Hildegard   Dim 4 Jan - 14:40

Histoire:
† Naissance †
Alors que la nuit tombe sur le Manoir de la famille Hildegard un soir d’automne, pas un bruit ne retentit, c’est étrange pour plusieurs raisons, la première étant que ce manoir ne demeure en général, jamais silencieux parce qu’il abrite une famille assez nombreuse, la deuxième étant qu’un être vient de naître, et pourtant, pas un cri n’est prononcé. Quel est donc ce petit vampire qui, à peine né, s’obstine déjà à faire le contraire de ce que font les autres ? Peut-être n‘arrive-t-il pas à respirer, peut-être est-il mort ? Non, le petit vampire s’avère être une fille, à qui on donnera le prénom « Diao », une demoiselle aux cheveux légèrement bouclés, d’un blond cendré, et aux yeux grands ouverts, scrutant le moindre personnage présent dans la salle. Pourquoi ne crie-t-elle pas, personne n’a de réponse, elle seule le sait, mais jamais elle ne l’expliquera. Pourtant, déjà à sa naissance, elle a tout ce qui lui faut pour être heureuse, mais non, la demoiselle s’obstine à ne pas crier, et ce n’est pas en la dévisageant qu’elle s’y décidera. Enfin passons, jamais l’enfant n’a crié, jamais elle ne criera si bien qu’elle demeure invisible aux yeux de la famille, seule sa mère s’en occupe, son père y jette de temps en temps un coup d’œil, peut-être pour s’assurer qu’elle n’est pas glacé et d’un bleuté morbide, ou par réflexe, en somme, il vérifie sans la voir. Enfin, la demoiselle ne sera aimée que de sa mère qui voit en elle, alors qu’elle n’est encore que bébé, un fort potentiel, potentiel qui est encore loin de se montrer.
Entre un et deux ans (pour les humains) elle apprendra l’existence de cinq frères et sœurs, qui l’ignoreront, et qu’elle ignorera, cependant, les problèmes qu’elle apportera à sa mère seront nombreux. Dans cette famille, les femmes règnent et les hommes se taisent et obéissent, mais voilà, elle a son lot de responsabilités à apporter, et une enfant si faible que la jeune Diao n’est pas sans conséquence. Alors que les autres parlaient beaucoup, et même sûrement trop, à son âge, elle n’a pas encore prononcé un mot, pas une plainte, peu importe ce qu’on essaie de faire, elle ne prononce pas un son. On la soupçonne alors de divers maux, on soupçonne également la Maîtresse d’avoir flirté avec un humain, ce qui pourrait expliquer la faiblesse de l’enfant, mais il n’en est rien, il faut juste attendre qu’elle daigne parler, et lorsqu’elle s’y décida, une de ses sœurs –première victime- ne put s’en remettre si bien qu’elle voua une haine croissante à la petite dernière. Maintenant que le premier pas avait été franchi, la demoiselle pouvait bénéficier de l’éducation des Hildegard se transmettant de génération en génération au sein de la famille.
† Enfance †
Diao grandira sans jamais se soucier des autres, de 3 à 13 ans (toujours en âge humain) elle enchaînera les réussites et ne se préoccupera que d’elle-même, et ce, pas seulement entre cette tranche d’âge puisqu’elle continue encore maintenant. Ainsi, l’enfant qui semblait être plus ou moins attardé, s’avère en fait extrêmement doué pour les tâches qu’on lui fait faire, ainsi en quelques années, elle en vient à rivaliser avec son frère –le plus jeune des deux-, le dernier homme de la famille, qui se retrouve alors au bas de l’échelle… Et c’est à ce moment de sa vie que Diao commença à jouer avec les autres. Constatant avec plaisir qu’elle avait les faveurs de sa mère et qu’en dépassant ses frères et sœurs, ces derniers se voyaient hautement réprimandés, son soin au travail ne fit que s’accroître. Et cet enfant est à l’origine de la brèche qui s’ouvrit au sein de la famille : d’un côté, la mère et sa tendre fille, de l’autre, le père et les autres enfants, quant au reste de la famille, oncles, tantes, grands-parents, ils demeuraient soigneusement à l’écart, mais n’étaient pas muets pour autant. Plus elle grandissait, plus sa beauté se développait, et plus la mère de Diao était sous son charme, une puissante vampire était enfouie en elle, elle le savait, et elle devait trouver un moyen de la libérer, qui sait, peut-être était-ce déjà fait depuis longtemps sans qu’elle s’en soit rendue compte.
Cependant, tandis que sa mère complotait pour faire monter sa fille en puissance, la demoiselle avait d’autres problèmes à régler, minimes, mais en grands nombres, cinq pour être exact. Menés par l’aînée de la famille, les frères et sœurs s’en prenaient directement à celle qui les avait ridiculisé en quelques années humaines seulement, c’était honteux et inacceptable pour eux, tandis que Diao se contenter de sourire, la situation l’amusait, et pour la première fois, elle riait. Comment réagir à une pareille situation ? Posons la question autrement : qu’est-ce qui pouvait le plus contrarier ses frères et sœurs ? Ah, la réponse va de soit, alors elle allait chercher à les dominer, ce fut simple pour le plus jeune frère, les autres se montrèrent plus agressifs, si bien que la chambre de notre Lady se vit transformée en un véritable champ de bataille, malheureusement pour les enfants, Diao y compris, les jeux furent stoppés par la mère qui était venue parler à sa chère fille, c’est ainsi qu’elle découvrit son plus jeune fils dans un coin de la chambre évanouit, l’autre, se vidant de son sang au pied du lit, et les quatre demoiselles, devenues furies, se mordant entre elles sans se soucier des dégâts alentours. Loin d’être fière, la Maîtresse décida de les enfermer chacune dans leur chambre pour qu’elle puisse leur parler une à une, et la discussion finale fut avec Diao. Manipulatrice depuis son enfance, les membres de la famille disent qu’elle a toujours vu qu’il fallait s’attacher à la mère, et donc à la Maîtresse, contrairement aux autres enfants qui n’avaient pas reçu tant d’amour de la part de cette dernière, et qui, faute de quoi, s’était rapproché de leur père. A croire que ce fut payant puisque Diao n’eut aucune punition, elle fut même soignée de la main de sa tendre Mère qui la félicitait pour ce qu’elle avait réussi à faire à elle seule…
† Adolescence †
Diao demeurera « célèbre » dans sa famille pour cette soirée qui fut contée à tous, certains la craignaient et donc, la fuyaient, d’autres l’admiraient et cherchaient à s’en approcher, même si ça ne dépendait pas d’eux, mais la plupart n’avaient pas d’avis aux risques de s’attirer les foudres de la Maîtresse du Manoir. En tout cas, ceux qui ne la connaissaient pas la trouvaient agréable, souriante et gracieuse, il est vrai que depuis ce fameux soir, Diao souriait souvent, un sourire trompeur, mais un sourire tout de même. En grandissant, son jeu d’actrice se développa si bien que simplement en l’observant assise calmement, on pouvait se demander si elle n’avait pas totalement changé aussi bien physiquement que mentalement. En effet, enfant, ses cheveux étaient d’un blond cendré très joli, et au fil des années, ses cheveux s’étaient assombris pour finalement, devenir châtains assez foncé, la silhouette était tout aussi gracieuse que son sourire, et elle n’hésitait pas à en profiter.
Mais, malgré tout, la famille ne croyait pas à ce changement miraculeux de pensées, ses sœurs ne lui adressaient plus la parole, elle demeurait seule avec sa mère la plupart du temps, sans un mot, elle l’écoutait, y prêtait-elle vraiment attention ? Personne ne sait Elle n’avait qu’une envie, c’était de partir loin de ce manoir, mais ce n’était pas le vœu de sa mère, ce n’est pas ce que la maîtresse voulait…
Diao passa alors quelques années encore silencieuse, attendant patiemment le jour où elle pourrait partir sans pour autant perdre l’influence qu’elle avait sur sa mère, car oui, tout était prévu, si elle ne partait pas, ce n’était pas pour satisfaire les souhaits de sa mère, depuis quand se préoccupe-t-elle des autres ? Non, si elle ne partait pas, c’est parce qu’elle ne voulait pas perdre toute l’influence qu’elle avait sur le château, car en grandissant, sa mère lui donnait de plus en plus de liberté et de choix. La cadette qui n’était censée rien apporter de nouveau, transforma tout le fonctionnement du Manoir en quelques actes seulement, comme par magie, on ne savait plus alors laquelle, de la mère ou de la fille, était la plus à craindre, après tout, la Maîtresse pouvait être pardonnée, elle était totalement aveuglée par l’amour qu’elle vouait à sa fille, mais l’autre, elle n’avait aucune excuse pour manipuler ainsi les membres de sa famille… Diao estimait que les Hildegard avaient trop de principes, et tout particulièrement celui qui concernait le respect de ses aînés, à quoi bon respecter un être qui vous est inférieur ? Pour la demoiselle, un être qui s’aventure à aimer quelqu’un ne mérite pas son respect, et ce, même si cet être est aussi celui qui vous a donné l’opportunité de vivre.
L’ennui de Diao prit fin un matin d’hiver, alors que leurs parcelles étaient recouvertes par la neige. Diao reçut une invitation d’un Manoir prestigieux ou de nombreux Vampires de sang noble se retrouvaient. Intéressant, cette lettre devenait alors la clé de sa liberté tant attendue, sa patience était enfin récompensée même si la sortie du Manoir Hildegard ne fut pas si simple que ça… Par chance, la lettre au nom de Diao, le charme de la demoiselle et la faiblesse de la Maîtresse parvinrent à la libérer de ce manoir familial. Le soir même, la jeune fille partait pour le Château, laissant derrière elle toute son enfance, mais y gardant son passage encré.

Préfère être dominant ou dominé ?
Dominante, bien sûr =P

Autre ?
J’espère que mon vava ne gène pas, du fait qu’il n’est pas en couleur, et pardon du double-post ^^’
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Shiki Krory
Maître du Château / Premier cadet de Ashura



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1500 ans.
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel + Seme.
Situation sentimentale: Inutile et ennuyeuse.

MessageSujet: Re: † Lady Diao Hildegard   Dim 4 Jan - 15:40

Très belle fiche ^^ Bon, vu comment elle aime dominer les faibles elle sera peut-être surprise de voir des Lord plus puissant dans le château x) Va falloir qu'elle se jette sur les vampires et esclave x)

Sur ce, je pense que c'est bon =) Quelques fautes sans importance (trois ou quatre?) que je crois n'être que de l'inattention, alors je te valide avec joie ^^

Pour l'avatar ce n'est pas grave, il respect les règles (enfin il fait 176px au lieux de 175px, mais je vais l'arranger). Si tu veux que je te l'éclaircisse y'a pas de soucis =)

édit: et voilà, avatar arrangé =)


Edit by Yoru: Dite moi my Lord, pourquoi une subite invasion par les Lady?...ç______ç xD

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: † Lady Diao Hildegard   Aujourd'hui à 17:30

Revenir en haut Aller en bas
 
† Lady Diao Hildegard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Single Lady - Timberlake Parody
» The Lady
» LADY MASTERMIND ? Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» Lady canichette Toy 12 ans (14) verson
» Lady River - 04/06 à 09h57

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau Des Nobles :: Corbeille :: Corbeille HRP :: Fiche de présentation-
Sauter vers: