AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cruelle désillusion [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L.Esphérina d'Angoulême
Sombre Lady Orgueilleuse



Pièce d'identité
Âge de jeu: L'âge d'une Lady ne se demande jamais...
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Hétérosexuelle + Seme
Situation sentimentale: Celà va et vient...

MessageSujet: Cruelle désillusion [pv]   Lun 1 Déc - 19:56

D'une démarche légère, lente et assurée, elle s'avança. Ses pieds nus communiaient étrangement avec l'herbe sombre et humide qui la frôlaient, telles des caresses hésitantes à toucher complétement sa peau brûlante. Sa somptueuse robe de soie violette, touchant délicatement ses chevilles blessées virevoletaient selon les caprices du vent nocturne. Elle leva vers la lune un visage entouré d'une cascade d'ébène . La lune, qui ce soir était telle un sourire lumineux parmis tant de constellations, toutes ces constellations...

Une légère rafale ramena sa longue chevelure sombre en arrière, découvrant un visage aux expression indescriptibles, inimaginables. Son visage, ce visage... Qui était-elle? Qu'en savait-on? Personne ne pouvait et ne saurait jamais déchiffrer la profondeur de ses yeux pers. Certains voyaient en elle, une lassitude inextricable et un cynisme ardent, ce même cynisme teinté d'ironie et de moquerie noire qui épouvante les âmes légères. D'autres y percevaient la haine froide et sublime qui glace les coeur à son contact et une cruauté impitoyable, mais propre, ainsi qu'un dégoût envers autruit. Mais d'autres encore y sentaient une douleur douce et destructrice. Une douleur délicieuse qui déchire et détruit comme une caresse d'épines. Une douleur dissimulée de façon sublime... Mais quels idiots... Qui étaient-ils pour essayer de deviner les sentiments donc elle pouvait faire preuve? Personne ne pourrait jamais lire en elle, elle Lady Esphérina... Elle qui disposait la prestance rare et précieuse d'une personne de son rang, elle que la volupté avait contribué à la construction si délicate de son être. Souffrait-elle sous son masque d'orgueil imperturbable? Sous cette expression calme et posée qui lui donnait les traits d'un modèle de portrait? Qui le saurait? Qu'elle importance? Idioties que de chercher autruit, Esphérina détestait la curiosité. Et sa beauté de feu et de glace attirait pourtant les indiscrets sur un destin qui...ne leur plaisait guère. Surtout si ceux-ci étaient des humains, mon Dieu.

Cette nuit, blasée de tout divertisment burlesque et fatigué de voir avec exaspération les jeux des vampires qui l'amusaient et la réjouissait autrefois, qui l'exaspérait aujourd'hui, cette vampiresse embellie par les plaisirs de la vie d'une immortelle avait décidé de se promener dans ce jardin couvers de ronces, et de roses, rouges comme le breuvage qui constituait sa nutrition. Celles ci avaient entamé la chair des chevilles si délicates d'Esphérina comme un poignard écorchant son coeur. Les blessures se faisant de plus en plus intenses, de plus en plus douloureuses, elle stoppa sa marche digne et s'assit dans cette herbe si tendre, tellement froide, froide comme son coeur de marbre. Elle aimait l'ambiance sublime et marcabre de ce jardin. Il ressemblait au sentiment amoureux qui puait délicieusement la mort. Mais Esphérina était méprisante envers ce sentiment? L'amour? ... Ce sentiment violent, stupide et inutile? Elle n'y goûtait plus, elle ne voulait plus. La dignité de son être était son seul amour . Elle crachait avec mépris sur ces niaiseries enfantines et l'entende même de ce nom doucereux l'écoeurait.
Un rire sans joie, empreint de dégoût s'échappa de sa jolie bouche, un rire frais et cristallin et un mot, un seul fut prononcé par sa voix veloutée, empreinte de son léger accent britannique:

*Ridicule!*

Souriant de ce sourire las, ironique et teinté d'une insolence exquise qui ne la quittait jamais ou presque, elle rabattit sa cape de velours sombre sur ses épaules fines et diaphane comme la nuit noire se refermant sur la lune étincelante. Que faisait-elle, elle une lady dans ce jardin désert, assise sur cette herbe humide dans une position peu convenable pour une jeune fille de son rang? Elle n'en savait rien, peu lui importait les raisons de sa venue en ce jardin lugubre et exquis, elle savait juste qu'elle avait envie d'y rester, assise comme tel... Cet endroit lui plaisait. Et bien nul témoin ne la voyait. De toute façon, on ne pouvait nier que quelque soit la position dans laquelle elle était assise, l'endroit ou elle se trouvait ou encore l'état dans lequel elle était, elle avait toujours cette allure classe et dangereusement voluptueuse. Telle était l'allure que devait avoir une lady...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Adhemar Grimburg
Lord Black Crow, Prince d'Orgeuil



MessageSujet: Re: Cruelle désillusion [pv]   Jeu 8 Jan - 0:44

Comme toutes les histoires, celle-ci commence quelque part.
Le voile de la nuit s'était abattu sur le Château. La fraicheur de la nuit avait pris place après les doux rayons du soleil. C'était le temps parfait, pour une promenade sous les "rayons" lunaires. Car comme vous devez le savoir, la Lune, n'est pas une étoile. Elle se contente simplement de nous faire parvenir la lumière qu'émet le soleil, alors qu'il continue d'éclairer des milliards d'êtres inférieurs alors que Lord Adhemar continue sa marche lente et silencieuse sous les astres qui l'ont béni de la vie éternelle.
Il reçu lui aussi, comme les êtres imaginaires, le peuple des elfes, la bénédiction de l'étoile du soir, bien réelle cette fois-ci. Il porte à son cou un pendentif qui habille le torse dévoilé du Lord qui, ce soir porte simplement sa chemise favorite à savoir sa tunique légèrement bouffante aux niveau des manches dont le décolleté est relié par un lacet de velours qui laisse entrevoir sa peau divine peau ivoirienne. L'étoile du soir se balance doucement au gré des pas du Vampire reflétant à son tour les rayons solaires.


Black Crow
Adhemar voit, il voit l'orageuse colère du monde et n'en envie pas une infime partie. Et tel les feuilles pleurantes de l'Automne, il ressent l'appel du sauvage hiver. L'atmosphère de ces jardins en feraient fuir plus d'un. Mais malgré tout Lord Grimburg s'y sent bien. C'est alors qu'il s'arrête et relève légèrement le menton. Un murmure, comme la morsure du froid d'hiver parvint à ces oreilles. Un son, une voix. Du mépris.. De L'orgueil oui, de l'orgueil, énormément même. De la colère pour sur. Une souffrance cachée. Probablement.
Il se dirige maintenant vers ce rire qui avait en une fraction de seconde, fendu l'air de son exquise fraîcheur. Peut-être allait-il tomber sur une plaisante rencontre... Surement une rencontre qu'il n'oubliera pas avant un long moment... Un sang pur pour sur, une telle présence alors qu'il ne se tient devant elle, ce ne peut être qu'un d'eux, un des sang pur. C'est de sa voix maintenant, qu'Adhemar brise le silence de marbre de cet endroit.


"Le temps est idéal pour une promenade, n'est-ce pas Mylady? La lune est particulièrement dégagée en cette nuit."


Le Pure-Blood Lui adresse un sourire dévoilant ses canines d'ivoire acérées alors qu'il se place devant la Lady "à ses pieds". Il se tient bien sur à distance respectable et, la salue gracieusement de la tête comme le ferait un vampire bien élevé en présence d'un Lord.
Lorsqu'il la regarda, il vit immédiatement qu'elle était comme une épine dans un Jardin de Roses



Black Crow, Black Crow... Please tell me what you really know...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Esphérina d'Angoulême
Sombre Lady Orgueilleuse



Pièce d'identité
Âge de jeu: L'âge d'une Lady ne se demande jamais...
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Hétérosexuelle + Seme
Situation sentimentale: Celà va et vient...

MessageSujet: Re: Cruelle désillusion [pv]   Jeu 8 Jan - 1:47

Sa colère glacée s'était évanouie peu à peu. Esphérina se sentait doucement bercée par le vent nocturne qui caressait ses joues, si douces ; par les bruits que faisait en choeur les criquets, qui chantaient comme dans un concert intime. Elle ferma les yeux. Cet endroit, il était si...exquis. Esphérina s'y sentait bien. Elle qui d'habitude, aimait être entourée de personnes et de conversations, ressentait parfois le besoin d'être seule, surtout lorsque les cicatrices de son coeur la brûlaient trop vivement. Toute vampire de sang noble qu'elle était, elle avait ses faiblesses. Même les Lady n'était pas parfaites. Mais elle devaient en avoir l'air... Ainsi Esphérina dissimulait à la perfection sa douleur. Et elle ne la dévoilerait certainement pas. Mais ce soir, elle avait l'impression que tout la submergeait comme une immense vague de souffrance, la faisant suffoquer.

*Ca suffit!* cria-t-elle intérieurement.

Elle porta ses mains à ses cheveux et en enroula les mèches soyeuses autour de ses doigts fins.
Elle sentait le regard lumineux de la Lune sur elle et se délectait des caresses du vent sur sa peau. Elle déroula doucement ses longs cheveux sombres de ses doigt et se calma peu à peu pour retrouver sa froide impassibilité. Elle s'en voulait de s'être autant laissé allé. Elle n''avait eu ce moment de démence qu'une seule fois auparavant, lors de la mort de son cher amant. Plus jamais, plus jamais elle ne se laisserait autant submerger par ces émotions idiotes. Plus jamais...

Elle entendit des pas feutrés qu'elle prit pour ceux d'un chat chassant ou cherchant sa pitance du soir. Mais ces bruits de pas furent bientôt suivis d'une voix humaine :


"Le temps est idéal pour une promenade, n'est-ce pas Mylady? La lune est particulièrement dégagée en cette nuit."


Esphérina tressaillit. Cette voix était assurément celle d'un Sang Pur. Grave, lente assurée. Oui, c'était bien celle d'un Sang Pur. De plus, elle y décelait un léger accent britannique, sa langue maternelle par exellence... Il venait probablement de son pays, la douce Angleterre... Lentement, elle tourna la tête pour voir à qui appartenaient ces paroles. La lune se cacha derrière un nuage... Elle ne perçut que le sourire éclatant de deux canines aiguisées. La lune réapparut. Esphérina put distinguer le visage de son interlocuteur. Froid, hautain, intriguant, beau, et même un peu effrayant. Telle était la façon dont la jeune Lady qualifirait le visage de ce mystérieux Lord qui la salua d'un signe de tête. Les méches sombres qui ornaient son visage se relevèrent au grès du vent, découvrant des yeux, mon dieu si bleus, si sombres.

Esphérina se rendit seulement compte qu'elle était assise aux pieds du Lord, dans une position guère convenable. Elle cacha sa confusion et, lentement et avec grâce, elle se releva et fit face à son interlocuteur.
De ses mains pâles, elle retira le capuchon qu'elle avait rabattu sur son visage un instant auparavant. Sa longue chevelure coula sur ses épaules diaphanes comme une cascade d'ébène. Ses yeux pers d'un vert somptueux se levèrent vers ceux du Lord. Toujours hésitante, elle lui rendit son signe de politesse. Puis, retrouvant sa confiance, elle entonna de sa voix insolente, cassée, légérement grave et qui aurait été du velours si on lui eut attribué une consistance :


*En effet, la Lune est ce soir d'une beauté éclatante. Elle est resplendissante comme je ne l'avais jamais vu.*


Elle baissa légérement les yeux, par coquetterie, par orgueil ou simplement par envie, mais certainement pas par gêne, du moins, si celà en eut été, elle l'avait dissumulé sans difficulté; et poursuivit :

*Malheuresement, les ronces ce soir sont un peu rebelles, elles veulent à tout prix m'empêcher de me promener en paix, je me suis alors simplement contentée de m'assoir dans cette herbe glacée et de méditer sur toute sorte de choses plus futiles les unes que les autres.*


]Pour illustrer ses dires, elle désigna d'un léger signe de tête ses chevilles zébrées de petites traces rouges. Puis elle soupira avec lassitude :

*Pourtant, j'aime tellement cet endroit, je m'y sens...reposée contrairement aux autres endroits du château...*

Elle leva à nouveau ses yeux avec tact vers son interlocuteur et ajouta d'un ton plus doux :

*Vous ne partagez pas mon avis, Mylord?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Adhemar Grimburg
Lord Black Crow, Prince d'Orgeuil



MessageSujet: Re: Cruelle désillusion [pv]   Sam 10 Jan - 2:15

Evening Star
Cette soirée le ramène chez lui, dans son château secondaire. Durant les longues nuit d'hiver lorsque le sombre voile d'abat sur le monde des hommes, sa galerie des glaces s'illumine. Cette salle qu'il chérit tout particulièrement se trouve au dernier étage du château. Les grandes baies vitrées laissent voir le grand loch en contre bas et les forets qui l'entourent. Les grandes forêt sombres où il ne fait pas bon de s'y aventurer durant la nuit. Adhemar chérit cette pièce lorsque la lumière lunaire vient s'engouffrer dans l'abimes et dès que les rayons viennent caresser les miroirs et illumine les grands chandails de cristal. Soudain tout s'illumine, le monde s'éclaire. Tout devient si évident qu'il ne se lasse de regarder ce silencieux spectacle. Adhemar Aime le levé de Lune Rousse, car se sera un jour sanglant pour les Hommes. La famille Grimburg est Loyaliste de la Lune. Depuis la nuit des temps le collier de L'étoile du Soir se transmet de génération en génération, de père en fils, de Leader en successeur. Comme vous devez le Savoir, Adhemar est le prochain.

Rosaceae.
Le sourire d'Adhemar s'efface, pour laisser place à son implacable indifférence. Ses yeux se posent sur le visage maintenant découvert de la Lady en face de lui. Son regard croise le sien. Son esprit ne fait qu'un tour, son regard dévie, se pose au sol en une fraction de seconde il crut, probablement à tord. Mais il crut tout de même. Les ronces dit-elle. Ce sont celles-ci qui font le charme de ce Jardin, elles rappellent la dureté du monde dans lequel nous nous mouvons. Le dur monde dans lequel le Vampire est en haut de la chaine alimentaire, au détriment de l'Homme qui lui, se croit au sommet, mais coiffé au poteau par des êtres assoiffés de sang. Car oui, nous sommes Nobles Vampires. Dans un souffle, un mot s'échappe. On prétends que l'on revient toujours à sa langue natale lorsque quelque chose nous travaille... Oui, peut-être...

"Thorns...après un temps comme ailleurs, Elles sont si majestueuses, elles démontrent une fois de plus.. s'arrête de nouveaux regardant la Lady dans les yeux That even in light, shadow is always there.."

Oh oui Mylady. Adhemar Vous voit comme une épine. Une épine orgueilleuse. Orgueilleuse qui Trône, fière, sauvage, magnifique parmi les roses. Se démarquant des autres qui s'effacent sans rien dire à en perdre toute identité et par conséquent, toute utilité.
Le vent lui balaie le visage, le dévoilant entièrement puis, la brise s'envole sans un bruit, faisant frémir les feuilles qui bientôt tomberons sur l'herbe et sombrerons dans l'oubli.
L'oubli, Adhemar avait omis de se présenter, il n'est pas digne d'un Vampire de ne pas s'introduire devant une Lady.

"Lord Adhemar Grimburg le second, c'est un plaisir de faire votre connaissance Lady."

Plaisir, non pas vraiment. Il serait plus juste de dire qu'il n'est pas déplaisant, de rencontrer une Vampire de cette classe ayant de tels... Attributs. A ces mots, notre Lord s'incline une seconde fois, plus bas que la première en signe d'un respect marqué envers une de son Rang, de sa Race et même, de ses Terres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.Esphérina d'Angoulême
Sombre Lady Orgueilleuse



Pièce d'identité
Âge de jeu: L'âge d'une Lady ne se demande jamais...
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Hétérosexuelle + Seme
Situation sentimentale: Celà va et vient...

MessageSujet: Re: Cruelle désillusion [pv]   Sam 10 Jan - 14:59

Debout au milieu de cet océan confus de ronces et d'herbes, Esphérina fixait sans ciller, le masque implacable du sombre Lord. Elle avait la tête légèrement penchée de côté, comme un enfant en proie à la curiosité ingénue, à la vu de quelque chose d'inconnu. Mais sa grâce d'une droiture cinglante et l'impassibilité de son visage froid lui donnait l'effet d'une statue au regard charmant et à l'expression éternellement dure. Le froid mordant et la chaleur cuisante étaient confondus en elle, se mélant, en son esprit fermé comme un livre interdit. Mais ses yeux, traïssaient quelque chose, non, tellement de choses... Si bien sûr on savait les lire. Si on était capable de plonger dans l'eau verte de ses yeux pour y distinguer son âme, comme un cailloux au fond d'une rivère limpide. Si bien sûr des êtres tels qu'elle étaient dotés d'une âme...

Le doux vent du soir faisait doucement onduler sa sombre chevelure, lui donnant un aspect iréel, presque féerique ; presque effrayant...


"Lord Adhemar Grimburg le second, c'est un plaisir de faire votre connaissance Lady."

Les paroles du vampire tintèrent en elle comme le son délicat d'une cloche en argent. Lord Adhemar Grimburg...

Elle baissa à nouveau les paupières, peut être pour dissimuler l'éclat étrange qui brillait dans ses yeux à l'entente du nom du Lord. Eclat indescriptible et impossible à cerner. Elle releva la tête, lentement, avec une politesse teintée d'insolence, mais respectueuse et répondit avec une sorte de douceur exagérée :

*Je suis Lady Esphérina, des terres d'Angoulême, héritées de mon illustre père, et je dois mes racines britanniques à ma très chère mère. Mais je suis également Esphérina la Succube, Esphérina l'Orgueilleuse ou la Lady Ensorcelleuse. Tels sont les noms plus ou moins blâmables, élogieux ou factices avec lesquels les personnes frivoles et sans intêrets me nomment. Je pense que vous ne vous contenterez que de Lady Esphérina, Lord Grimburg... *

Elle eut un léger moment d'hésitation avant de rajouter, de sa voix suave :

*Je suis enchantée de faire votre connaissance...*

Et, avec prestance, le maintien droit, les pans de sa robe dans chacune de ses mains, elle esquissa une profonde révérance. Mais son visage ne s'inclina pas, ses yeux toujours levés vers ceux du Lord. Des yeux, mon dieu, tellement profond, tellement...obscurs. Ils susciteraient inexorablement le trouble et l'effroi chez une personne autre qu'Esphérina.

Sans détacher son regard de celui de son mystérieux interlocuteur, lentement, elle se releva, puis laissa tomber les pans de sa robe sombre sur ses pieds nus.

La douleur n'épargne personne. Elle frappe les plus faibles, et surtout, surtout les plus forts. On peut la faire partir, mais elle revient toujours, pour mordre encore plus profondément le coeur de sa victime. Les moments de bien être des victime de la douleur ne sont qu'éphèmères. Esphérina l'avait compris. Depuis longtemps. Depuis tant d'années.Elle qui avait tout vaincus, ne pouvait vaincre les souvenirs. Elle ne possédait pas l'arme destinée à les détruire. Existait-elle? Elle jouissait pourtant de tous les plaisirs de la vie. Mais le vin n'avait plus aucun goût, sa cour qui l'entourait en permanence l'exaspérait rapidement, elle ne pouvait à présent apprécier une pièce de théâtre, elle qui ne vivait que pour celà auparavant. Seul le sang pouvait combler son éternelle insatisfaction. Et la musique... La musique, cette vague grandiose qui emporte, qui rejette, qui vole nos pensées, qui rends joyeux, ou qui nous entoure d'une si délicieuse mélancolie. Le piano... Cet instrument tellement prestigieux sur lequel Esphérina faisait courir agilement ses doigts si délicats... Soupir nostalgique. Le délectable temps brumeux de son pays, sa chère demeure de la comté du Herefordshire, son piano au milieu du grand salon... My god, que faisait-elle en ce lieu qui n'avait pas même la capacité de lui redonner le plaisir des excès dont elle jouissait autrefois. Qu'avait-elle espéré trouvé en venant ici?

Elle sortit de ses pensées pour croiser à nouveau le regard de cet étrange Lord et un frisson, léger, glacé parcourut ses fragiles épaules. Un frisson que personne à part elle même ne pouvait remarquer. Une idée lui apparut. Ce Lord, cet inconnu... Pourrait être l'objet de sa perdition, de la destruction de son esprit, de se qu'il y avait en elle. Cette funeste pensée lui était venu comme si une voix glacée le lui avait susurré à l'oreille. Ce Lord était un véritable loup. Elle le comprenai dans ses yeux. Elle ne craignait certe rien, elle était du même rang que lui, mais... Peut être aurait-elle dût lui fausser compagnie et s'en retourner au château. Pourtant, elle ne bougea pas. Elle resterait là. La peur lui était étrangère. De même que la défaite. Agissait-elle ainsi par orgueil? Elle ne savait pas, elle ne savait plus rien. Elle savait juste qu'elle voulait rester en ce jardin délicieusement lugubre, en face de cet être ténébreux qu'était ce Lord Adhemar Grimburg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Adhemar Grimburg
Lord Black Crow, Prince d'Orgeuil



MessageSujet: Re: Cruelle désillusion [pv]   Dim 22 Fév - 0:50

Adhémar est déçus. Pour notre sang pur il ne faut pas se dévoiler ainsi, si vite et franchement. Le prince d’Orgueil préfère de loin le petit jeu de la découverte. Les temps ont bien changés. Il y eu un temps où nous ne pouvions aller nous présenter à un nouveaux venu si une tierce personne ne connaissait pas les deux partis. Mais avec le temps, tout change. Désormais nous devons allez voir nous même dans une action déshonorante et impolie qu’est « l’auto-présentation ». Mais le pire de tout, c’est de répondre aux questions qui n’ont été posées. Et de ce fait, La Lady D’Angoulême perdit en une petite minute, quelque intérêt aux yeux de l’Anglais. Le dégoût s’empare de lui désormais. Une demi sang pur. Comment une Vampire Britannique a pu fauter avec un Pitoyable Français. Autant accoupler des ennemis naturels pour donner naissance a une affreuse progéniture.
Aux yeux du Lord, Lady Esphérina n’est pas d’une infinie beauté comme devrait être un pur sang. Son regard a changé depuis qu’il eu appris qu’elle n’est pas pure. C’est une bâtarde, comme les autres. Une âme emprunte d’impureté dégradante, un morceaux de chair sans intérêt ni but. Il n’irait jamais dire qu’elle est moche ou même laide il se contentera de penser qu’elle est dégoûtante. Mais cette unique pensée ne se laisse pas entrevoir, mis a part un léger scintillement dans ses yeux. Le reste de son visage reste ainsi impassible et froid comme toujours. Et d’une voix de velours le Lord s’adressa à l’impure.


« Je me contenterais de ce que Je trouve approprié. Malheureusement aucune des solutions désormais connues ne me plaisent… »

Lady Esphérina l’Impure, voilà qui devrait être annoncé lors de ses présentations officielles. Adhémar n’aime pas ce qui est à demi. Un demi sang, un demi verre… Cela lui est insupportable. Maintenant la vue de cet être lui devient peu à peu Insupportable, l’idée que du sang Britannique coule imprégné d’un sang divers le désole. Le lord est désolé pour Esphérina, désolé qu’elle ne soit totalement pur et ainsi, désolé qu’elle ne puisse être admise au rang des connaissances agréables. Il s’adressa de nouveaux à elle, un sourire en coin, la regardant s’incliner devant lui tel le soumis devant son maitre.


« Je me permettrais de vous appeler Lady d’Angoulême. Je n’utilise le prénom de quelqu’un que si cette personne m’est d’agréable compagnie… »

Et sur ces mots, Adhémar fit un léger signe de tête. Il fit demi-tour, froidement, lentement et marchant d’une allure gracieuse en direction de l’ombre. Il avançait en laissant derrière lui la souillure qu‘est l‘héritière des terres d‘Angoulême. L’Angleterre n’a nul besoins d’ajouter une stupide demi-sang à son histoire. Elle ne sera mentionnée, nul part et par personne. Elle ne le mérite pas, ses parents ne le méritent également. La mère incarne la décadence, la disgrâce. Adhémar espère que celle-ci ne reviendra au pays ou elle recevra alors, un bien triste accueil.

[c'est pas super, j'te demandes pardon ^^" et un grand désolé pour le retard ^^"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cruelle désillusion [pv]   Aujourd'hui à 17:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Cruelle désillusion [pv]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La désillusion a un gout de trahison
» Désillusion
» Dorian Kozlowski - "La vie est une grande désillusion"
» Azalaïs, une sorcière cruelle
» Emivia ADANA- Aussi Belle Que Cruelle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau Des Nobles :: Corbeille :: Corbeille RP :: Manoir des nobles-
Sauter vers: