AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ames sensibles, s'abstenir ~ Lord Nathanael Krory ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lord Nathanael Krory
Second cadet de Ashura



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1275 ans
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel + Seme
Situation sentimentale: ... Vous voulez rire?

MessageSujet: Ames sensibles, s'abstenir ~ Lord Nathanael Krory ~   Mer 13 Aoû - 19:12

Nom: Krory
Prénom: Nathanael
Statut social: Lord
Âge: 1275 ans
Sexe: Masculin
Orientation sexuelle: Bisexuel

Caractère: Ne cherchez pas à me cerner, vous n'y parviendrez pas. Je ne suis pas bon. Je ne suis pas mauvais non plus.
J'ai vécu le début de ma vie sans aucune limite, sans compromission, inspirant, séduisant, et vivant comme personne avant moi. Je suis intelligent, incontrôlable, capable de dire tout ce que je pense, au mépris des conventions, sans parler de mon charme ravageur et de mes mœurs que certains qualifierais d'étranges. Mon âme est certes sombre - comme ceux de ma race - mon esprit insondable et ma folie discrète mais dévastatrice. Folie que je n'admettrais d'ailleurs jamais. Calculateur, manipulateur et intelligent, tous les moyens sont bons. Ne jamais me mettre en colère est une règle d’or, car de tous je suis le plus terrible. Tout du moins, celui qui se retient le moins. Mais -- malgré son titre de règle d'or - je l'enfreins souvent. Trop souvent aux goûts des autres. Versatile, vaniteux, fier, possessif et égoïste sont quelques mots bien bas qui me caractérisent. Il n’existe hélas pas assez de mots pour me décrire.

Je suis beau. Mais vous aviez - de toutes évidences - déjà aperçu ce détail. Or, je sais parfaitement que je suis désirable. Je n'ai pas le corps aussi musclé que celui de mon frère, et je n'ai pas la prétention de vous affirmer le contraire. Je ne manie pas les armes avec autant de dextérité qu'il peut le faire. Ma vitesse - en combat rapproché - est mon seul atout. Enfin, je m'égare. Sachez juste que j'emploie ma beauté et mon charisme comme arme. Je suis telle une plante vénéneuse, dont ma beauté me sert d'appât. En effet, le charisme que je transpire par tous les pores de ma peau semble être celui d’une personne hautement vénéneuse. Et ce n'est pas qu'une impression. Retenez le bien.

Je suis quelqu'un qui se montre direct, et qui a l'hypocrisie en horreur. De plus, j'apprécie les personnes qui me rendent cette franchise. Je suis le cynique de notre âge d'or. Têtu, borné et adorant aller à l'encontre des règles. Adoptant toujours une allure noble et fière, je suis poliment sournois, enveniment mes proies avec mes mots. Jamais - oh grand jamais - je ne deviendrais vulgaire. Je parle toujours dans un langage soutenu, ce qui ne m'empêche pas d'être terriblement désagréable.


Physique: Nath' possède la grâce innée de ces êtres dit 'angéliques'. Il possède la beauté incarné et la pureté immaculé de ces êtres aux blanches ailes. Mais Nathanael n'en est pas un. Il est un Vampire, bête de la nuit, au sang Noble. Comme les vampires, sa beauté est stupéfiante. Mais plus que cela, Nath' est une perle parmi les perles. Jamais - dans le château - on ne vit de plus remarquables, plus séduisantes beautés que celle de cet être chétif à l'allure innocente. Sa soyeuse chevelure noire geai encadrait son antique crâne et stoppait sa chute un peu avant les épaules. Telle la nuit sur le jour, des reflets tantôt chaud, tantôt froid parsemaient le noir immaculé de ses cheveux. Son teint est terriblement pâle - signe distinctif des Vampires - contrastant admirablement avec le noir de ses cheveux, et le bleu de ses yeux. D'ailleurs, ses yeux méritent qu'on s'attarde: Ils sont d'un bleu profond - comme l'océan - où le dégradé de bleu y logeant est spectaculaire. Du bleu clair, turquoise, en passant par le lapis-lazuli, ses yeux étincellent de vie et d'intelligence.

Attardons-nous désormais sur son corps. Notre jeune homme est mince et élancé, avec des membres déliés. Il a de longues jambes musclées, le ventre où les abdominaux sont délicatement, mais fermement dessinés, sans excès, et des épaules étroites. Au bout de ses longs bras, il y a deux mains puissantes, avec de longs doigts fins et gracieux. Grâce à son léger pouvoir de régénération, il n'y a aucunes cicatrices sur son corps. Sa peau est aussi parfaite et douce que celle d'un nourrisson. D’une taille moyenne - voir même petit - il est souvent considéré plus grand qu’il ne l’est réellement étant donné que c’est un Lord. Se tenant souvent droit, il laisse noter une légère impression de puissance due sûrement à sa grâce inhumaine. Son allure première est celle d'un enfant chétif, mais cela n'est qu'une impression. C'est un Vampire du plus noble sang, imbu de lui même. Ne dites pas un mot quand à son allure d'enfant, où votre vie connaitra la morsure de la mort.

Mais ne vous fiez pas a cette bouille d'ange. Nath' est terriblement bien élevé. Il parle toujours dans un langage correct. Il tourne toujours ses phrases d'une manière terriblement sensuelle, endormissant votre prudence. Mes ses paroles sont du poisson. Il manie les mots à la perfection, et pourrait vous insultez sans que vous ne vous en rendiez compte. Sa beauté n'est qu'un appât, tel la lumière attirant le papillon de nuit.

Histoire:

"Souffrez que je fasse preuve de franchise d'entrée de jeu: Vous ne m'aimerez pas
Les femelles exulteront, les mâles m'envieront... Non, vous ne m'aimerez pas. Et ce ressentiment à mon égard ne fera que s'accroître au fil du temps. Mesdames, soyez prévenues: Je suis partant à n'importe quel moment. Je suis prêt à jouir - et à vous faire jouir - continuellement. Ce n'est ni pour vous faire rire, ni mon opinion. C'est une prouesse que je peux vous démontrer. Une prouesse dont profite certains tous les jours. Vous m'observerez alors que j'accomplis ma tâche, et vous soupirez de ne pas y gouter, d'en jouir vous aussi. N'en faite rien. Car cela vous poserait de nombreux problèmes. Il vaut mieux que vous tiriez vos conclusions à distance, plutôt que d'attendre le moment où je soulèverais vos jupons par dessus vos têtes. Très chers monsieur, gardez espoir. J'aime les mâles également. Et l'avertissement tient aussi pour vous. Retenez vos flasques érections jusqu'à l'heure de mon choix. Et plus tard quand vous jouirez - et croyez moi, vous jouirez - elles devront être prêtes à l'emploi et je pourrais ainsi savoir qui de vous m'a désobéis. Je vous souhaites de jouir avec l'image de votre serviteur gravé dans les testicules. Ressentez... Comment ce fut pour moi, comment c'est pour moi. Et méditez: "Ce frisson était il identique à celui qu'il a put ressentir? A t-il connu un moment plus profond? Ou y'a t-il quelques murs de détresse contre lesquels nous butons tous à l'instant où nous atteignons ce fabuleux moment?" J'en ai finit. Ceci est mon prologue. Il n'y a ni rime, ni manifestation de modestie - vous en attendiez point moins de moi, j'ose espérer.
Je suis John Wilmot, 2eme comte de Rochester, et sachez surtout que... je refuse que vous m'aimiez."


Ainsi commence mon récit.
Avec le début de celui d'un autre.

Mais cet 'autre', cet écrivain de talent, fait tellement part de ma vie - et ses textes me correspondent si bien - que je ne peux passer outre si je vous parle de moi. Que voulez donc savoir? Je peux vous dire que je suis né lorsque ma mère ma mit au monde. Cela vous étonne que je vous dise cela? Cela vous semble normal? Sachez que je ne dirais rien de plus. Je ne raconte pas en détail mon passé à des gens aussi misérables. De plus, il n'y a pas de dates chez les vampires. Il n'y a pas de temps. Il n'y a pas de vie. Fils d'Ashura, lui-même fils de notre bienfaitrice, je fis preuve dès mon plus jeune âge d'une intelligence hors norme. Don qui manque cruellement à mon cher frère. Ma forte personnalité est connue dans toutes les familles vampires. Enormément de rumeurs circulent à mon sujet: On dit de moi que je suis habité par le Diable lui-même. Et on dit même - pire aux yeux de certains - que c'est l'esprit de ma Grand-mère qui réside en moi. Mais il a des rumeurs qui disent que je suis un être magnifique, dont l'intelligence est stupéfiante, une personne qui allait changer l'histoire grâce à son impertinence et ses paroles sévères. Mais... Qu'importe les rumeurs. Ce qui compte c'est ce que je suis réellement.

Je suis un Vampire.
Ainsi ma vie a commencé il y a peu de temps, et se terminera dans très longtemps. Nous n'avons pas la même notion de ce que l'on appelle: Temps. Pour les miens, je suis un jeune. Je serais un humain de 18 ans, sans plus. Et pourtant, j'ai déjà vécu dans ma seule existence, suffisamment de choses pour remplir des milliers de vies. Mon sceptre - dressé fièrement vers le haut - est couvert du sang de millier de vierges venant s'y empaler - de grès ou de force. Mes oreilles ont écoutés les plus doux jouissements orgasmiques. J'ai touché les peaux les plus douces. J'ai vue les courbes les plus belles. J'ai gouté de nombreuses bouches, et de nombreuses verges. J'ai sentis les parfum les plus exotiques. J'ai essayé toutes les sortes de drogues, j'ai gouté tous les vins, j'ai touché tous les arbres. Et maintenant, alors que je suis seul assis sur mon siège - aux allure de trône sombre - je ne peux m'empêcher d'affronter un bien vieil ennemi: L'ennui. Malgré ma jeunesse, il est déjà là. Il vous colle, vous suis, et - malgré vos effort - vous n'arrivez jamais à vous en débarrasser proprement. Je fais un tic de langue agacé, puis me lève d'un bond, tranche la tête à un humain. Il n'a même pas comprit. Il n'a même pas vu. Sur sa tête - roulant sur le sol - reste figé l'expression de servitude. Je me penche, un sourire doux sur le visage, et prend la tête contre moi le plus délicatement possible. Les autres s'affèrent déjà à nettoyer le sol, et débarrasser l'antique parquet du cadavre ensanglanté. Un de plus, ou un de moins. Ses créatures se reproduisent aussi vite que des porcs. Et - alors que contre mon torse est posé la tête de l'homme - les souvenirs me reviennent.

***
Un homme m'observe, avec un sourire doux et franc. Cet homme est un humain. C'est un détail qui pourrait en choquer plus d'un. Je suis d'ailleurs dans sa boutique. Il est assit à la fenêtre, et moi par terre, sur un matelas. C'est un historien, un homme de lettre. Intelligent, éduqué, courtois. Un homme charmant, à la beauté amérindienne: Des pommettes hautes, un visage anguleux, un nez fin et droit, des cheveux noirs, des yeux noirs et un petit bouc, noir aussi. Un visage expressif, n'affichant qu'affection. Je parle. Il m'écoute. J'apprends. Il corrige. Doucement, le son vient rejoindre l'image. Les bruits de fers des chevaux frappant le pavé emplissaient la pièce. Puis, enfin, j'entends la leçon que je récitais...

" ... L’homme seul, distingué par une âme immortelle,
Monarque enorgueilli de ce superbe don
Sur tous les animaux règne par la raison ;
La raison, qui des sens franchissant la barrière,
S’élance fièrement à la cause première ;
Loi des bords enflammés de ce vaste univers,
S’élève dans les cieux, ou descend aux enfers ;
Et perçant les secrets de la toute-puissance,
Fixe du genre humain la crainte et l’espérance."
------------------------------------------------------- John Wilmot, Deuxième comte de Rochester

Le silence s'installe, même les bruits de la rue n'estompent ce silence respectueux laissé par les deux protagonistes. John - puisque tel est son nom - se redressa et - tout en fermant la fenêtre - se met à parler.

- "Tu aimes ses écrits, n'est ce pas?" Une lumière d'admiration passa dans les yeux du jeune moi, et je me mis a parler
-"J'aime tout de lui! Sa manière de voir le monde, sa manière de parler, sa manière d'être, sa manière de penser, sa manière d'ecrire... Sa manière de vivre! C'est exactement ce que je pense! Je veux être comme lui!!'

L'homme fit un sourire - tout ce qu'il y avait d'affectueux - puis s'approcha de moi. Je lui rendis son sourire. Quel âge avais-je alors à cette époque? Vingt ans? Trente peut-être. J'étais un nourrisson amoureux. Amoureux de ce comte de Rochester, amoureux de cet homme. Il se coucha à mes côtés, me forçant à m'allonger par la même occasion, puis m'embrassa. Lui devait avoir la quarantaine. Je lui rendis sont baiser avec une farouche envie, et bien vite nous nous retrouvèrent nu, à nous enlacer. A nous gouter. A nous toucher. Nous sentir. Nous connaitre. Encore une fois. Et encore une fois, il voulut me connaître plus loin. Et moi je voulais l'accueillir en moi. Il pénétra donc dans mon antre, chaude et douce. Puis il commença un léger va et vient. Ses mains glissaient le long de ventre, cherchant a tâton mon pénis en érection. Puis il l'empoigna à pleine main, et commença là aussi un va et vient - lent et sulfureux - faisant durer le plaisir. Ses lèvres effleuraient ma peau. Ses dents s'enfonçaient dans ma chaire. Son amour me submergeait entièrement. Jusqu'à l'orgasme ultime. Jusqu'à l'amour. Il s'écroula alors à mes côtés, puis laissa un murmure à mon oreille, caressant mes cheveux.

-" Ne soit pas exactement comme lui. Ne me quitte pas à 33ans."

Je répondis par un simple sourire - jugeant cela suffisant - et sombra dans le sommeille. Lui même s'endormit quelques temps après, blottit contre mon corps.

[Suite euh... Aprés le poste de note maître vénéré Shikiiii (qui ne doit pas tenir compte des humeurs de Nath' x3)]


Dernière édition par Lord Nathanael Krory le Jeu 14 Aoû - 4:47, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Shiki Krory
Maître du Château / Premier cadet de Ashura



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1500 ans.
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel + Seme.
Situation sentimentale: Inutile et ennuyeuse.

MessageSujet: Re: Ames sensibles, s'abstenir ~ Lord Nathanael Krory ~   Mer 13 Aoû - 20:13

J'attends la suite avec impatience Smile

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Nathanael Krory
Second cadet de Ashura



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1275 ans
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel + Seme
Situation sentimentale: ... Vous voulez rire?

MessageSujet: Re: Ames sensibles, s'abstenir ~ Lord Nathanael Krory ~   Jeu 14 Aoû - 5:02

Merci X3


***
Qu'avais je donc dans la tête à cette époque? J'étais jeune. Cette phrase se répétait dans ma tête inlassablement, comme si j'essayais de m'en convaincre moi-même. Je n'étais pas seulement jeune, mais j'étais aussi terriblement amoureux. Chose qui ne m'arriva plus. Et qui ne m'arriverait plus. J'ai fais l'erreur une fois, et je ne la ferais pas deux. La tête toujours serrée dans mes bras, je sors de la pièce et va me perdre dans les couloirs. Je n'étais pas aussi... cynique... et froid, à l'époque. non... J'étais un enfant. Curieux, impétueux, téméraire, impulsif... J'avais déjà ce côté délinquant. Ce côté détraqué, dirait d'autres langues mal avisées. Quoiqu'il en soit, c'était un délire de jeunesse. C'était du passé. Sans que je ne m'en aperçoive, mon pas c'était accéléré. Les décors m'était familiers. En effet: Je me dirigeais droit vers le bureau de Shiki. Me rendant compte où mon subconscient m'entrainait, j'eus un accès de colère. La tête entre mes mains ne devint que charpies, que gouttes sanglantes de haine. Un œil - témoin pourrissant du massacre - fut planté sur la poignée. Et, fulminant de rage, je rebroussa chemin. Arpentant les chemins, je tua les moindres gens que je croisais. La moindre trace de vie. Puis - enfin - je m'enferma dans ma chambre à coucher, et je me jeta sur le lit., camouflant mon visage dans les oreillers. Et, inlassablement, les souvenirs revinrent encore...

***
Nous sommes bien loin après la scène précédente. Oh oui, bien loin... Moi, je n'ai presque pas changé physiquement parlant. Je suis dans une chambre à coucher, où quelques personnes entourent un lit trônant au centre. Les gens sont tous habillés de noir. Une personne est allongé sur ce lit. Un homme vieux, usé par les facéties du temps. Je me tiens à son chevet, sous l'œil désapprobateur d'un prêtre et d'une vieille femme. Sa mère, sans doute. Mais je ne la regarde pas. Je me fiche des gens qui sont autour. Seul le vieillard mourant m'intéresse. Et ce vieillard, c'est John. Je lui tiens la main. Lui, il regarde le plafond. Enfin, il ne regarde pas. Ses yeux ne voient plus. Malgré les ravages du temps, on devine encore - derrière les rides et les taches de vieillesse - le visage fermement dessiné, le regard amusé, le nez fin, les sourcil froncé... On pourrait même entendre sa voix dans la pièce, récitant l'un des poèmes de Rochester. L'un des poèmes que j'aime temps. Mais je ne peux pas imaginer. Je ne veux pas imaginer. Je veux voir. Je veux le sentir, comme avant. Le sentir sur moi. Le sentir en moi. Sentir son souffle. Entendre sa voix. Entendre son cœur. Juste... Juste une dernier fois. Une larme - seule et unique témoignage (ou prière, sûrement) de détresse - se créa, et roula le long de sa joue. Mourante sur son menton, elle tomba, encore et encore, et termina sa chut sur la main usé du vieil homme. Même si c'est une honte de revoir cela, ma larme eu tout de même le mérite de faire vivre John quelques minutes de plus. Il me demanda - à voix basse - de réciter encore l'un des poèmes que nous apprécions tant. L'un des écrits majestueux de cet homme rayonnant de vie, que John m'avait fait découvrir et aimer. Alors, lentement, ma voix brisé s'éleva dans le silence mortuaire.

" Cet esprit que je hais,.... cet esprit plein d’erreur,
Ce n’est pas ma raison,... c’est la tienne, docteur.
C’est ta raison ....frivole.... inquiète.... orgueilleuse,
Des sages animaux rivale dédaigneuse,
Qui croit entre eux .... et l’ange occuper le milieu,
Et pense être ici-bas l’image.... de son Dieu "


Le prêtre écouta et s'offusqua des paroles de Rochester. Les paroles de sa Satire contre l'homme, l'un de ses plus beaux ecrits. Mais Je n'eus pas le loisir de terminer la récitation. Car, dans un souffle et un sourire radieux, John murmura un 'merci', que seul moi entendit. Et, après avoir fermer les yeux, la vie qui animait son corps s'en alla aussi librement qu'elle y était entrée. Mes yeux se fermèrent, ma tête chancela sur cette main abîmée. Je me souviens de ce moment. La douleur. J'avais si mal. J'entendis un bruit sourd dans mon être. Quelque chose qui se brise. Et vu le fracas et la douleur, je pense que c'était mon âme. Je serra cette main froide et inerte dans la mienne, en priant tous les dieux que je ne connaissaient pas, tous ces dieux que je haïssais tant. Pour qu'il me le redonne. Tout mon corps se contracta. Je dois me contenir. Pourquoi? Pourquoi était il partit? Pourquoi avait il mentit? Il m'avait trompé! Et sa promesse d'être toujours avec moi!? L'horreur de le perdre, l'atrocité d'imaginer ma vie sans lui, et surtout, le sentiment d'être trahis. Je redressa la tête et dévoila alors mes deux azures humidifiés. Ils se posèrent sur le visage de John. Si paisible. Il ne méritait pas d'être tranquille. Il m'avait trahit! Trompé! Par pur lâcheté - sentiment que je reconnaitrait sous aucun pretexte - ma tristesse se changea en colère. Une colère immense. Infinie. Horreur. Folie. Semblant naître des entrailles des enfers. Je découpa, trancha, moulina le corps de John. C'était de sa faute! C'était de la faute des vampires! Si j'avais put vivre normalement, je serais mort avec lui! Je serais mort dans ses bras, comme nous nous l'étions promis! Et, s'il avait était un vampire, je serais avec lui, à ses côtés... La haine déferla dans mes veines, remplaçant le sang, remplaçant cette pâle imitation de la vie offert à ceux de sa race. La pièce entière ne fut qu'un amas de déchirures et de morceau de décors, mêlés au sang. Le sang de cette femelle, qui se disait femme. Le sang de cette pie, qui se disait mère. Le sang de ce pêcheur, qui se disait Père. Le sang, le sang, le sang! Le sang d'un enfant, en bas de la rue. Le sang de sa mère, attendant un petit frère. Le sang du chien errant. Le sang d'un vampire, caché chez les humains. Le sang. Encore. Il me fallait toujours plus de sang...
***

Je me réveilla, les yeux rougis. Tiens, pourquoi étaient-ils rouges? La dernière fois, c'était quand il avait pleuré. Mais ca ne devait pas être ça. ... Bah, qu'importe. Cela passerait, tout passait. Je me redressa et partit dans les couloirs, avec la ferme décision de prendre un bain. Je ne put m'empêcher de remarquer qu''il y avait encore les cadavres de sa crise de colère. Les humains n'étaient que des bons à rien, j'irais donc les punir moi-même. Aprés. Pour le moment, je voulais m'amuser dans mon bain. Oublier ce mauvais rêve. Où était donc mon jouet, celui que j'avais recueillit? Celui qui ne cassait pas aussi vite que les autres? Je m'approcha d'un esclave, lui ordonnant de trouver Yuu, nettoyer les couloirs et lui faire couler un bain. Le tout avant qu'il ne s'énerve. Le pauvre garçon partit a toute allure dans les couloirs. Je m'étira, satisfait, et ne put m'empêcher de penser à un morceau de la Satire des Hommes. Pourquoi? Je n'en savais rien, et cela resterait un mystère pour moi...

" Rampe, s’élève, tombe, et nie encore sa chute;
Qui nous dit: Je suis libre, en nous montrant ses fers "
------------------------------------------------------- John Wilmot, Deuxième comte de Rochester


Préfère être dominant ou dominé?: Dominant :3 Mais selon les circonstances, cela peut changer.
Autre?: Nath' n'aime pas trop sucer le sang de ses proies. Trop salissant. En revanche, il adore le sang. Il en consomme autant qu'un humain alcoolique, et dans les mêmes circonstances. Mais cela ne veut pas dire qu'il se retient de tuer. Bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Shiki Krory
Maître du Château / Premier cadet de Ashura



Pièce d'identité
Âge de jeu: 1500 ans.
Orientation sexuelle + Uke ou Seme: Bisexuel + Seme.
Situation sentimentale: Inutile et ennuyeuse.

MessageSujet: Re: Ames sensibles, s'abstenir ~ Lord Nathanael Krory ~   Jeu 14 Aoû - 13:51

Je ne peux que valider ^^ Bienvenue petit frère ^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ames sensibles, s'abstenir ~ Lord Nathanael Krory ~   Aujourd'hui à 14:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Ames sensibles, s'abstenir ~ Lord Nathanael Krory ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ames sensibles s'abstenir...
» + âmes sensibles s'abstenir, ne lisez pas ceci. (a)
» [Abandonné]Détruire, détruire... [PV Amanda] -Âmes sensibles s'abstenir ?-
» Les horreurs de Cassiopée Mc Call (âmes sensibles, s'abstenir)
» locked away - Cheslet (âme sensibles s'abstenir)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau Des Nobles :: ~*~[#]~*~Hall du Forum~*~[#]~*~ :: Nobles vampires :: Présentations Validées-
Sauter vers: