AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Lin Frey
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Ven 27 Juin - 19:24

Que pouvait bien faire Lin dans cet endroit plutôt...Etrange et a cette heure, oui, bien sur, c’est la question qui tombe sous le sens.
Il était en effet à peu près quatre heure, c'est-à-dire si peu de temps finalement avant l’aube qu’il était curieux de croiser une Lady si loin de ses appartements. Surtout elle. Non pas que Lin soit particulièrement affectée par les effets du soleil, une légère lenteur, oui surement, mais enfin, rien de dramatique. Mais elle pourrait vous expliquer très clairement et pendant des heures que le soleil « ne lui convenait pas », c'est-à-dire qu’elle trouvait qu’elle paraissait plus ordinaire sous les rayons naturels que sous la flamme des bougies… Laissons la ces considérations futiles, qui n’expliquent en aucun cas ce qu’elle faisait particulièrement dans un grenier poussiéreux.

Lin Frey avait quitté sa terre natale aux douze coups de minuit, en embrassant ses deux frères, peut être un peu trop tendrement. Et puis elle était parvenue jusqu'à ce château étrange. Elle avait fait monter ses bagages et ses effets personnels dans sa chambre, bien sur, mais ensuite, elle avait été prise de l’envie de découvrir au plus vite ce nouveau lieu de vie.
Peut être parce qu’elle était encore jeune, elle n’avait après tout à peine plus de 250 ans, Lin était toujours prise d’une sorte de plaisir frénétique lorsqu’elle découvrait quelque chose d’inconnu, un peu comme les enfants qui arrachent les papiers cadeaux avec fureur au matin de Noel. Le jeune vampire agissait ainsi avec les hommes, les femmes, les livres et les œuvres d’art, les lieux et les animaux, dans une joyeuse indifférence. C’est ce qui l’avait poussé ce soir à trainer sa robe dans la poussière de ce lieu abandonné.
En effet, elle avait parcouru le château en prenant soin surtout de toujours monter. C’est ainsi qu’elle était parvenue jusqu'à ce grenier, non sans parcourir toutes sortes de salles étranges qui lui donnaient de nombreuses idées plus ou moins convenables…Que voulez vous, l’imagination des jeunes est toujours débordantes…. Enfin toujours est-il que Lady Lin promenait maintenant ses yeux félins sur les murs pleins de toiles d’araignées, les vieilles poutres énormes et le parquet qui craquait sous ses petits talons.
Indifférente, comme il se doit de la part d’une noble, au satin prune de sa robe qui trainait lamentablement et s’entachait de petits moutons de poussière, elle avait l’air parfaitement innocent et adorable d’une enfant à qui l’on vient d’offrir un nouveau jouet.
Apres un moment, rassasiée de nouveauté et peut être aussi un peu lasse, Lin épousseta d’un bout de gant un petit coin de ce qui semblait être un ancien banc monté la comme dans un débarras, et s’assis légèrement.
Qui sait ce qu’elle aurait pu trouver ici ? Un cadavre peut être ? Un sourire inconscient s’inscrivit sur ses lèvres…Ce serait drôle…Non ? Elle adorait ce genre de pièces reculées, petites et incommode. Elle s’était ainsi fait construire des dizaines d’alcôves qui, en plus d’être plus discrètes, étaient parfaitement adaptées a son gout des petits recoins secrets.
Sans vraiment s’en apercevoir, elle commença à réaliser qu’elle n’avait jamais été aussi seule. Jamais, ni dans le manoir familiale, ni dans sa villa, elle n’avait été seule dans une pièce. Il y avait toujours eu un home, une femme, un majordome, ne serait ce qu’un chat. Ici, rien, personne. Ce n’était pas effrayant, rien ne l’effrayait, ni triste. C’était juste…Etrange. Elle ferma les yeux, pour être bien sur d’inscrire dans sa mémoire cette nouvelle impression : la solitude. Pour la première fois, ce mot prenait un sens. Elle ne savait pas encore trop si elle appréciait ce sentiment… Mais elle était presque sur qu’elle aurait préféré avoir quelqu’un pour s’amuser un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamui De Gretz
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Sam 28 Juin - 19:58

* Kamui, le majordome dévoué et sincère du Lord Shiki Krory avais finit les tâches que ce dernier lui avaient confier...notamment d'aller en ville pour ramener un jeune humain au sang délicieux et frais.Cela ne posais aucuns soucis a notre majordome qui connaissais très bien les gouts de son maitre...il lui avais dégotter un charmant garçon, mignon et frais comme tout et qui ne semblais pas avoir de sang " souillé ".Une fois le garçon remis dans les mains du Lord, Kamui était partit a ses autres tâches.
Son rôle dans le château était assez important, il vérifiais que tout ce que souhaitais le Lord soit exécuter, que tout soit parfait pour le simple plaisir du Lord qui était maître des lieux.Kamui vérifiais également que les nombreux Lords et Lady étaient satisfait des services du château et si il y' avais le moindre problème, il s'en chargeait immédiatement.
Les journées du majordome passaient donc a une vitesse fulgurante.Entre ses différentes tâches et sa présence auprès de son maître, Kamui n'avais pas un seul instant a lui et tant mieux.Le jeune homme, enfin le jeune vampire, était occupé et donc il n'avais pas a réflechir a sa vie passée...ne souffrant pas ainsi !

Nouvelle tâche, aller chercher dans le grenier une vielle boite a bijoux appartenant a la famille Krory.Kamui avais pour tache de retrouver cette boite, de la restaurer et la donner a son maitre qui en fera cadeau a l'une de ses invitées.
Sans savoir qu'il y avais quelqu'un dans le grenier, le majordome entra...il faisait sombre dans la pièce mais ses yeux de vampires voyaient parfaitement...il vit alors tout de suite qu'une Lady était présente, assise sur un vieux banc...
Kamui resta un instant sans bouger, puis il s'approcha de la jeune femme d'un air très solennel.Il finit alors par lui dire avec autant de politesses et de courtoisies qu'on pourrait le prendre pour un noble, ce qui n'était pas tout a fais faux...*

- Bonjour Lady...je suis le majorme du Lord Krory...avez vous perdu quelque chose ici ?


* Il était étonnant qu'une Lady traine ici.L'endroit était assez sale pour son rang et très mal ranger ! Kamui pensais alors qu'elle était venue ici pour chercher quelque chose.Si c'était le cas, il devais l'aider dans sa quete ! *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Lin Frey
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Dim 29 Juin - 21:53

Lin était à vrai dire sur le point de redescendre. Elle n’avait finalement aucune envie de se confronter à cette impression étrange et nouvelle de solitude. Non pas qu’elle eut peur d’elle-même. Quoi qu’elle en laissa paraitre, le jeune vampire, si futile, tellement superficielle, lunatique et inconstante était loin d’être une idiote, et elle était pleinement consciente de ce qu’elle était. Malgré son jeune âge, elle n’était plus persécutée par des questions existentielles depuis longtemps… L’avait elle déjà été, à vrai dire elle ne s’en rappelait pas bien… Bon d’accord, peut être que les problèmes de conscience, notamment quant au fait d’être vampire, c'est-à-dire tueur, ne l’atteignaient pas beaucoup. Mais toujours est-il qu’elle était précisément en train de se dire qu’elle devrait redescendre dans un endroit civilisé. Certes, Civilisé n’était peut être pas le mot adapté pour ce château, mais c’était bien là justement ce qui l’amenait à redescendre…C’était trop morne ici.

Elle n’eut finalement guère le temps de mener à bien cette ébauche de décision. Quelqu’un était entré sans qu’elle s’en aperçoive. Elle ouvrit brusquement les yeux lorsque cette personne parla, et, par un geste presque inconscient, se leva avec une précipitation qui, si elle contrastait avec l’habituelle lenteur étudiée de ses gestes, pouvait passé pour une vitesse de réaction tout à fait normale pour un inconnu.
Pourtant, il y avait bien chez elle précipitation et surprise à ce moment précis. Lin n’avait pas pour habitude d’être surprise. Parce qu’elle était vampire, ses sens étaient particulièrement aiguisés. Et puis, surtout, il lui arrivait rarement de cesser de s’attacher à saisir chaque aspect ou son de ce qui l’entourait. C’est en étant ainsi toujours sur ses gardes qu’elle prenait soin de garder toujours une bonne longueur d’avance.
Ici, elle s’était un peu laissé dépasser. Mais reprenons. Debout, donc, a présent, la tete légèrement inclinée sur le coté, geste associé chez elle a l’observation minutieuse de quelque chose d’inconnu, elle écouta se présenter l’inconnu.

Qui disait-il qu’il était ? Le majordome de Lord Krory ? Sa conscience s’égara un moment… C’était… Oui, bien sur qu’elle savait que c’était de cette famille qu’elle était l’invitée. Bon, peu importe, cela lui apprenait surtout que son interlocuteur a ce moment précis était…Un majordome. L’honneur était sauf, c’était incontestablement un vampire. Si Lin avait le jugement rapide, souvent précipité, parfois irrévocable et qu’elle s’attachait tant aux apparences, on ne pouvait pas totalement lui en vouloir. Elle avait été élevée dans le culte absolu de l’apparence.
Ses catégories de jugement étaient d’ailleurs simples : avait-elle à faire à un vampire, ou à un humain, a quelqu’un de sang pur ou a un… Inferieur... .Oui, elle mêlait vampire mordu, famille de sang incertain… Tout cela pour elle, c’était juste ceux qui valaient moins qu’elle. Ensuite, il y avait la question du sexe, et enfin de l’esprit qui semblait se dégager de l’être qui lui faisait face. A chaque catégorie correspondait des éliminations : lorsque son interlocuteur appartenait à la catégorie inferieure, elle décidait le plus souvent de l’ignorer royalement, ou en retirait en tout cas un mépris qui transparaissait plus ou moins clairement. Pourtant, si Lin pouvait si vite être qualifiée de futile, les considérations de beauté physique et de richesse étaient pour elle incommensurables avec la naissance, mais aussi l’esprit.
Mais de toute façon, Lady Lin ne laissait jamais rien paraitre immédiatement de ses conclusions et, comme elle l’était à présent, la jeune vampire restait toujours absolument impassible devant la nouveauté.


« Quel est votre nom ? »

Demanda t elle de sa voix trainante et un peu rauque, d’un ton d’une politesse tout a fait neutre .Curieusement, si le nom en lui-même avait peu d’importance pour elle, elle tenait absolument a ce que les personnes auxquelles elle s’adressait portent un nom dans son esprit. Et puis d’abord, que lui avait il demander ? Si elle cherchait quelque chose ? Qu’y avait il a répondre a cela : non, qu’elle adorait simplement se salir dans un grenier, non, certainement pas. En attendant une réponse, elle continua d’observer de ses yeux tres clairs le visage de son nouvel interlocuteur. Doucement, ses doigts s’affairaient à rattacher délicatement les minuscules boutons de ses gants, qu’elle avait remis avec tout autant de minutie.
Ses doigts s’agitaient avec un gracieux empressement sur le tissu tres fin, et a la regarder, on aurait presque pu croire que ce visage tres pale percé de deux diamants bleus-gris était totalement étranger au corps qu’il dominait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamui De Gretz
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Lun 30 Juin - 11:27

* Kamui paru alors étonné de voir que la jeune Lady se leva lorsqu'il lui adressa la parole.La jeune femme semblais ne pas appréciée que l'on soit a une hauteur différente d'elle...surement était elle une grande Lady...elle devais appartenir, comme beaucoup d'entre eux, a une classe bien haute dans la société des vampires...
Mais elle n'était pas la seule.Kamui lui même était un vampire et pas n'importe lequel...bien qu'il soit majordome, le jeune vampire était de lignée pure...Le garçon venais de la haute famille des De Gretz, très grande famille de vampires nobles...il était d'ailleurs surement étonnant que l'un de ces fils soit majordome non ? Mais cela n'était pas gênant au contraire.Avoir un majordome de cette classe là signifiais beaucoup pour le Lord Krory.

Aux mots de la demoiselle, Kamui répondit avec la même politesse...restant droit comme un piquet, les mains soigneusement mis dans son dos.Il était facile pour la jeune femme de le regarder, d'observer la beauté naturel de ce vampire, qui pourtant était si particulier...*

- Je m'apelle Kamui De Gretz, mademoiselle...

* Il s'inclina légèrement.Bien qu'il soit de famille très noble, Kamui avais reçut une éducation parfaite pour remplir le rôle de majordome.Il était donc au service de toute personne dans ce batiment et n'avais pas son mot a dire...sa vie avais été choisie ainsi et il n'en semblais pourtant pas malheureux.
Le jeune majordome releva ensuite ses beaux yeux verts sur ceux de la Lady qui le scrutait. Elle devais sans doute avoir relever son nom de famille, très connue dans la noblesse.... Mais avait elle besoin d'un service ? Kamui était venu pour autre chose, mais il pouvais toujours se retarder en effectuant une quelconque demande...n'était ce pas son rôle de satisfaire chaque hôte..? Il finit donc par s'incliner a nouveau avec politesse et ajouta alors qu'il avais la tête bien basse...*

- Avez vous besoin de l'un de mes service, Lady...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Lin Frey
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Lun 30 Juin - 13:44

[i]Ce n’était pas tout à fait un nom auquel elle aurait pu s’attendre. C’’était un nom de noble. De grands nobles. Lin se demanda a quelle occasion elle l’avait déjà entendu, mais c’était peine perdue, comment aurait elle pu se rappeler précisément de tous les vampires qu’elle avait rencontré, alors qu’elle oubliait même ceux qu’elle avait accueilli chez elle, parfois assez longtemps.
Alors que son esprit s’égarait ainsi dans les souvenirs des visages qu’elle avait croisés, ledit Kamui de Gretz lui demanda encore une fois si elle avait besoin de quelque chose. Est-ce qu’il essayait de lui dire qu’il avait d’autres choses à faire que de la regarder remettre ses gants ? Parce que… C’était plutôt inadapté. [/i]

« Je pense que si j’avais eu besoin de quelque chose ici, ou besoin de quelqu’un, je ne serais pas monté seule, qu’en pensez vous ? »

Ses mains à nouveau gantées retombèrent le long de son corps dans un léger bruissement de tissu. Sans doute aurait elle pu se sentir un peu stupide, connaissant son statut, d’être prise ainsi dans un grenier sale et totalement inadapté, qui plus est seule, et peut être même avec l’air d’être légèrement égarée.
Mais, heureusement, Lady Lin ne s’embarrassait pas de ce genre de remords, et ce que pouvait penser les autres l’indifférait toujours au plus haut point.


« Je vous retarde, c’est bien cela qui vous préoccupe, pour le moment, Monsieur De Gretz ? Vous avez un maitre à servir, et puisqu’il s’avère que celui-ci est mon hôte, je ne voudrais en rien lui être ainsi importune. »

Certes, c’était un peu trop poli et attentionné pour elle. Apres tout être importune, ce n’était pas une idée qui lui venait souvent en tete. Comment aurait elle pu l’être, aurait il été possible que le monde tourna sans elle ? Elle cessa de dévisager son interlocuteur et sembla reporter son attention sur… Sur rien, son regard se perdit à vrai dire dans le vide. Quel était donc cet endroit ou les nobles servaient de majordome ? Elle se promit d’éclaircir la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamui De Gretz
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Lun 30 Juin - 14:08

* La famille De Gretz était connu pour leur cruauté...ce sont de grands vampires nobles qui attachaient beaucoup d'importance au statut des personnes et a leur sang.Ils étaient des vampires effroyables, toujours assoiffé de sang nouveau...Cette famille était connue pour un fameux massacre en 1710...toute une lignée avais été tuée par eux, pour le simple plaisir de faire de nouveaux vampires impurs...
Kamui était une exception rare.Il était le seul a être comme cela...d'ailleurs rapidement il se fit rejeter et envoyer ici.Servir de majordome pour un noble était surement une honte...Mais pas pour Kamui, bien au contraire.Il se sentais chez lui ici, depuis un siècle il travaillais pour le Lord et jamais il ne s'était sentit triste ou dépassé...sa famille ne lui manquais nullement ! Leur cruauté était a toute épreuve et Kamui était si différents d'eux.
Dans ce chateau, il était le seul dans ce cas là.Tout les esclaves et domestiques étaient soit des humains soit des vampires impure...Kamui était le seul a être né dans une famille noble et avoir le sang pur...d'ou le privilège d'être majordome.
Aux mots de la Lady...Kamui répondit alors tout en se redressant, l'air toujours aussi solennel *

- Vous avez sans doute raison, Lady, excusez moi...


* Kamui s'inclina a nouveau.Il avais pour devoir de ne pas froisser les invités et de les servirs au mieux de leurs besoins...il avais crut bon demander a cette jeune femme si elle avais besoin de quelque chose, mais apparement non...a quoi cela servait il qu'il l'importune davantage ?
Le majordome répondit a la suite des mots de la jeune femme *

- Ne vous en faite pas mademoiselle...Mon maître préfère que je serve ses invités que ses propres envies..alors, n'hésitez pas a faire appel a moi en cas de besoin...

* Il s'inclina a nouveau puis il recula.Kamui avais bien compris que la jeune femme n'avais pas besoin de lui...il s'occupa donc de rechercher cette fameuse boite a bijoux, mais vu le désordre du grenier, il avais de quoi perdre tout son temps dans cette nouvelle tâche...
Toute fois, le majordome s'exécutais sans soucis, cherchant là ou il pouvais dans les vieilleries de la famille Krory...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Lin Frey
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Lun 30 Juin - 15:08

Lin avait toujours été entouré de domestiques obéissants. Tous étaient des vampires, parce que jamais aucun membre de sa famille n’aurait imaginé amener des humains entre leurs murs, sauf bien sur s’il s’agissait d’en faire son diner. Tous étaient absolument insignifiants, à tous les points de vue, et la jeune vampire aurait été bien incapable de se souvenir de leur visage. Tout ce dont elle était sur, c’est qu’ils avaient toujours un air de terreur et de soumission mêlé peint sur leur visage
Sa famille, au contraire de beaucoup d’autre, n’était mêlé a aucune histoire sanguinaire, ni a aucune orgie d’humains ni a aucune déviance cruelle : s’ils tuaient, bien sur, cela semblait toujours être finalement fait dans les règles…Presque malgré eux. C’était précisément pour cela que ceux qui poussaient leur porte étaient toujours pris par une crainte plus ou moins diffuse : ce qui est caché est toujours pire. Ils n’avaient pas tort. Une certaine cruauté coulaient dans leurs veines a tous, mais elle était savamment dissimulée derrière une parfaite politesse.

Toujours est-il que Lin n’avait jamais eu à faire à des vampires purs occupant des postes inferieurs. Même si elle ne se rappelait pas bien de ce qu’on pouvait dire de la famille de ce majordome, si elle la connaissait, c’était qu’elle devait avoir un statut particulièrement important. Elle, chez qui l’orgueil de classe était tellement prononcé, était donc presque troublé de voir ainsi courbé, même devant elle, quelqu’un qui lui était comparable en naissance.
Elle repensa aux rumeurs concernant les membres de sa famille qu’on aurait vendue comme esclaves. Tous avaient, paraît-il, un défaut particulier, physique ou mental, et les Frey, tellement parfaits, avaient ainsi aisément pu nier tous liens de parenté. Ces rumeurs ne l’avaient jamais atteinte : purifier sa race était un but comme un autre, plus noble qu’un autre même.

Lin ne voyait plus à présent que le dos courbé du majordome, qui semblait chercher quelque chose dans le capharnaüm. Elle s’était appuyée, avec un certain dégout, a une poutre.


« Comment pouvez vous vous incliner devant vos pairs, dites moi ? Le nom que vous me dites porter n’est pas fait pour la poussière et les courbettes. »

Lin n’avait pas l’habitude de s’intéresser aux autres. Elle ne s’intéressait d’ailleurs pas a proprement parler a son interlocuteur, mais plutôt a sa situation. Il y a la quelque chose qu’elle ne comprenait pas. La nouveauté l’attirait, et il y avait dans tout ce qu’elle ignorait encore le charme de la découverte. Son esprit un peu enfantin sur certain point y trouvait un plaisir sans fin.
Totalement inconsciente du fait que ce genre de questionnement est plutôt mal a propos face a un inconnu, elle ne se rendait pas compte qu’elle allait un peu trop droit au but sans se soucier de savoir si celui qu’elle questionnait avait envie de répondre a des questions sans doute si complexes, ni même si elle n’allait pas un peu trop loin en se servant de son statut de Lady pour demander tout ce qui lui passait par la tête a quelqu’un de rang social inferieur qui ne pourrait pas se contenter de l’envoyer promener…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamui De Gretz
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Lun 30 Juin - 16:40

* Kamui était noble de sang...mais dans son esprit, il était tout autre.Il faut dire qu'en étant bannit, il ne peu pas vraiment assumé sa place de noble...Kamui était majordome depuis plus d'un siècle déjà, il se comportait comme si il n'était qu'un simple esclave bien qu'il est un sang pur.En fait, il se sentait inférieur aux Lords et Ladys...n'était ce pas génial pour ces derniers ? Un noble qui servait d'autres nobles ?
C'était honteux pour la famille De Gretz, mais ceux ci avaient choisit de taire cette histoire...ainsi, Kamui était un fils mort dans une lointaine bataille...pour eux, il n'existait plus.
Cherchant toujours la boite a bijoux, le majordome écoutais toujours la Lady lui dire ses mots.Pour lui répondre, il se tourna alors vers elle, arrêtant un cours instant ses recherches *

- En effet mon nom n'appartient pas a la catégorie des inférieurs...je fais une exception.
M'incliner devant vous est un grand honneur mademoiselle...


* Il la regardais puis a nouveau il détourna son beau regard sur le meuble ancien qui était prêt de lui.Il ouvrit les placard et finit par trouver la petite boite qu'il était venu chercher ici.
La boite était toute sale...poussièreuse.Kamui sortit alors de sa poche un mouchoir de tissus et essuya doucement la boite en bois vernit...elle était très belle.Le majordome se demandais a qui son maitre allait il offrir cette magnifique boite a bijoux...
Kamui rangea ensuite son mouchoir dans sa poche et se tourna a nouveau vers la jeune femme, il finit par lui dire *

- Avez vous honte de moi ?

* Kamui savais que parfois, les gens avaient honte de savoir qu'il était un vampire noble...c'était honteux qu'un homme de son rang se salisse les mains...mais lui, il s'en fichais vraiment...Sa vie n'avais plus vraiment d'importance a présent alors a quoi bon se lamenter plus ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Lin Frey
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Lun 30 Juin - 17:21

Lin avait toujours eu du mal à mener une conversation de face a face. Son regard s’égarait souvent sur les nombreux objets oubliés ici, mais pour une fois son interlocuteur semblait tout aussi occuper qu’elle. Son orgueil maladif ne la poussait pourtant pas à en être blessée. Cela l’arrangeait plutôt.
Le majordome constata l’évidence, ajouta qu’il était une exception, et que c’était un honneur de s’incliner devant elle. D’un geste léger de la main, elle sembla vouloir balayer, avec un certaine mollesse, des propos sans intérêt pour elle. Bien sur que c’était une exception, sinon pourquoi s’intéresserait tant a lui. Pour ce qui était de s’incliner…Elle doutait que s’incliner devant quiconque puisse être un honneur, et c’était assurément un geste qu’elle et sa fierté excessive n’auraient jamais pu effectuer, fusse devant un dieu. Peut être était ce d’ailleurs pour cela qu’eux tous n’avaient pas de dieu. Pour ne pas avoir à s’incliner… Elle se demanda si c’était la le genre de flatterie que le majordome réservait aux Lords et aux Ladys … Ils étaient donc tellement orgueilleux que de telles choses les enchantaient ? Pour sa part, et assez étrangement, Lin avait une sainte horreur des compliments. Elle les considérait comme vains, n’en faisait pas, et, lorsqu’elle en recevait, adressait le plus souvent ce même geste de molle lassitude a l’imprudent qui les lui faisait.
Mais enfin passons…Alors que la jeune vampire avait repris son inspection de ce lieu qui, pour une raison inconnue et bizarre, semblait définitivement la fasciner, faisant craquer le plancher vieilli de son pas léger, elle entendit le majordome ajouter quelque chose de plutôt inattendu…

Avait-elle honte ? Honte pour sa classe, honte pour son sang… Non. Dans les perspectives d’éternité qui leur étaient ouvertes a tous, qu’était ce qu’un être ? Lorsqu’elle méprisait un certain Lord qui manquait cruellement d’esprit, elle n’avait pas honte pour sa classe. Lin était profondément persuadé que rien ne pouvait atteindre cette classe si noble à laquelle elle appartiendrait pour l’éternité.


« La vie que mène un être, fusse t elle éternelle, ne peut aucunement atteindre celle des autres. Je ne vois pas pourquoi votre…Mode de vie pourrait m’inspirer de la honte. Du reste c’est un sentiment qui ne m’est guère familier. Mais j’aime a comprendre ce qui m’entoure, voyez vous, et je dois avouer que cela…Reste une énigme pour moi. »

Répondit elle, sans se retourner, captivée semblait il, par un miroir tres ancien, posé sur un vieux meuble.

« En effet, voyez vous, je ne me figure pas qu’on puisse souhaiter passer de la classe la plus haute a la plus…Disons… Disons que je ne conçois pas qu’on puisse en venir a...La servitude.Et je dois vous avouer que cela me parait etrange d'entendre un discours de domestique dans la bouche d'un de mes semblables. Enfin, peu importe. Je suppose que cela peut être amusant de ne pas comprendre tout, parfois…Et d'ailleurs, je me soucie sans doute un peu trop de ce qui de toutes facons ne me concerne en rien »

Ce n'etait certes pas une excuse de se meler de ce qui ne la regardait pas, mais plutot un commentaire qu'elle s'adressait a elle meme.Il aurait sans doute pu paraitre gênant qu’elle se préoccupe plus du fait de ne pas comprendre que du sort de son interlocuteur. Et alors ? Qu’attendait-on d’elle, de la pitié ? Elle considérait que c’était la plus horrible chose qu’on aurait pu lui faire, de la prendre en pitié et, finalement, son égocentrisme était presque charitable. Elle avait toujours trouvé exécrable ces vieilles Lady qui venaient parfois chez eux sans y être invitées, qui appelait les domestique « mon chéri » et s’étendait longuement sur la douleur de devoir tuer pour vivre. Cela, pour elle, était l’exemple de la pitié : quelque chose qui la révulsait. Il ne s’agissait donc pas de cela ici, plutôt d’un jeu de découverte, si l’on veut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamui De Gretz
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Sam 5 Juil - 19:52

hj: vraiment désolé pour l'attente ! -__-"

* Kamui avais posé cette question par simple curiosité.Il savais qu'il était quelqu'un de honteux...c'est se qu'on lui mettais en tête depuis...depuis toujours ! Kamui était un vampire étrange, et sa famille ne comprenais pas comment il pouvais avoir peur du sang ! C'était une tare assez importante et honteuse pour cette famille..a présent renier, Kamui ne faisait plus vraiment partit de la famille De Gretz...il était un fils mort et tant mieux.Mais il devais encore inspiré la honte pour ses semblables...lui même devrais être un Lord...et au lieu de cela, il devais les servirs.Ces derniers devaient avoir honte qu'une personne comme lui existe dans leur monde, seul les humains pouvaient était ces êtres si répugnants, pas les vampires et encore moins les nobles...
Mais pour Kamui, il voyais les choses différement.Il considérais cela comme une chance, d'avoir été engagé comme étant le majordome d'un Lord...du Lord Shiki Krory.C'était une véritable chance, un privilège que seul lui pouvais comprendre...Son sort aurait dut être différent.Kamui aurait dut devenir un tout autre genre d'esclave...un esclave sexuel d'un quelconque vampire, qui s'amuserais a le torturer et a lui faire des sévices irréversibles.Mais au lieu de cela, Kamui avais eut la chance de devenir un respectable majordome...Cette tâche était bien moins difficile que ce qu'il aurait dut endurer ailleurs.Alors oui, c'était un honneur de s'incliner devant les Lords et Ladys...il préferais nettement cela que d'être battut...bien que parfois cela pouvais lui arriver.
Lady Frey ne pouvais pas comprendre tout cela tant qu'elle n'avais pas vécut ce qu'il avais vécut.Chaque personne es différente, ainsi, chaque histoire l'est autant.Elle ne comprenais pas son dévouement a être au servic de ses semblables, Kamui ne pouvais pas lui en vouloir, elle n'était pas dans sa situation.

Kamui s'était a nouveau tourné vers la jeune femme.Il tenais toujours la boite a bijoux dans ses mains...et son magnifique regard couleur émeraude, parsemé de pépites d'or, était tourné vers le beau regard de la jeune femme.Celle ci répondit alors qu'elle ne le comprenais pas et que tout cela l'intriguais.Kamui ne bougea pas, restant a quelques pas d'elle, puis il répondit d'un air toujours aussi solennel...*

- Vous ne me comprenez pas car vous ne savez pas grand chose de se que je suit.Une chose est sure, je suis bien plus heureux en tant que majordome qu'en tant que membre de la famille De Gretz.
Et même si vous ne comprenez pas tout cela, je vous remercie de ne pas avoir honte de moi...Lady...
Je vous dégoute peut être car je suis de sang pur, et que je sert des personnes comme moi...Mais je n'en vois pas de contraintes....


* Puis il se tut quelques instant.Leur conversation allais finir par tourner toujours autour du pot.Tout les deux venait de dire exactement les mêmes propos que précédemment...La conversation ne risquais pas de s'améliorer a cette allure.
Le jeune majordome finit alors par détourné son beau regard sur la fenêtre...Dehors, il faisait un soleil très clair, ni trop cuisant, ni trop faible...un temps parfait pour des vampires, un temps idéal pour une promenade tranquille.A nouveau, Kamui tourna son regard sur la jeune femme et finit par lui demander *

- Bref...je pense que cette conversation ne mènera guère plus loin...je ne suis pas très intéressant...mais vous, vous ne m'avez pas encore parlez de vous, Lady...Vous êtes une nouvelle hote de mon maître n'est ce pas ? Avez vous eut le temps de visiter les lieux et les environs de cette magnifique contrée ? Je pourrais vous accompagner si vous le souhaitez, le temps es propice a une promenade...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Lin Frey
~♥~ Casse-croûte de Shiki! ~♥~



MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Dim 6 Juil - 16:09

C’était tout à fait vrai. La conversation était dramatiquement inintéressante, a la fin. Et Lin, qu’on côtoyait aussi pour son esprit qu’on disait subtil bien qu’un peu piquant, Lin en était un peu incommodée. Se rendant compte que son interlocuteur mais aussi elle-même, et c’est cela surtout la dérangeait, ne cessaient de répéter les mêmes choses qui, même dès leur première énonciation, ne prêtaient déjà pas au dialogue, elle acquiesça imperceptiblement lorsque le majordome finit par clore un si stérile débat.

Comment aurait il pu en être autrement. Rien n’avait d’égal dans l’esprit de la jeune Lady que la naissance. Elle n’était pas idiote, et elle retirait cette hiérarchie de valeur d’une constatation bien simple : c’était parce qu’elle était Lady qu’elle pouvait ainsi tout faire a sa guise. Sa place dans la société était la place de la liberté, et c’était bien là la seule valeur que Lady Lin semblait un tant soi peu respecter, voire même vénérer. Jamais elle n’aurait pu comprendre qu’on y renonce, et c’était pour cette raison même qu’un débat avec un tel interlocuteur était forcement hautement inutile.
Alors que son esprit vagabondait lentement sur ces considérations, elle intercepta quelques paroles qui parlaient de visiter, de promenades…


« Lady Frey. Lady Lin Frey. »

Interrompit-elle. Elle avait l’habitude que son titre soit accolé a son nom. Voire, plus curieusement, à son prénom. Elle n’avait jamais bien compris pourquoi les domestiques du manoir avaient pris l’habitude de l’appeler Lady Eléonore, ou Lady Lin, alors qu’ils appelaient ses frères et l’ensemble des Lords et des Ladys qui vivaient chez eux par leur nom. A vrai dire, la question ne s’était jamais vraiment posé. Et elle s’était habituée à être Lady Lin, pour tout le monde, les nobles et les domestiques, comme si son nom de famille avait été inutile. Ce qui, après tout, était plutôt paradoxal pour quelqu’un comme elle.

Bref, cela n’avait que peu d’importance, mais ce genre de considérations assez éloignées du sujet s’inscrivaient souvent dans son esprit qui, bien qu’effectivement fin, avait beaucoup de mal a se fixer sur un objet, bien que le jeune vampire n’en laissa rien paraitre.
Lin se redressa, et se remit à observer le majordome. Son regard se posa sur une boite, certainement une boite à bijoux, qu’il portait. C’était un très bel objet, d’ailleurs, qui contrastait parfaitement, comme, semblait il, tous les objets entreposés ici, avec la saleté du grenier. Mais elle portait finalement peu d’importance aux objets, fussent ils particulièrement magnifiques, parce qu’ils n’étaient après tout qu’éphémères, si rapidement détruits, et qu’ils changeaient si facilement de mains… Son regard remonta donc sur le visage de son interlocuteur. Peut être appréciait il sa fonction de subalterne, mais il n’avait pas le regard d’un subalterne. C’était absurde… Avait-elle seulement déjà vu le regard d’un domestique ? Quel domestique aurait osé la fixer dans les yeux, alors qu’ils prétendaient que son regard empoisonnait. Il empoisonnait, il est vrai, son regard clair, mais pas comme ils l’avaient pensé. Et alors qu’une fois encore, son esprit partait à l’aventure, elle consentit à répondre.


« Je viens d’arriver, c’est sans doute pour cela que je me risque encore à visiter de tels endroits, voyez vous »

Admit-elle avec un très léger sourire. Elle inclina un peu la tête pour pouvoir voir par une…Ouverture, le terme de fenêtre étant peut être un peu exagéré. Elle pouvait voire, de la ou elle était, un petit coin de vert et un petit coin de bleu très pale. Ce bleu froid, voilé de brumes légères donnait au cil un air d’irréel. Et, peut être parce que c’était cette nuance exacte de bleu-gris qui donnait cet éclat métallique a ses yeux, c’était le temps qu’elle préférait.
Elle se rappelait être arrivée ici alors que la nuit s’estompait à peine sous de frêles rayons de soleil. Combien de temps avait elle pu rester ici avant l’arrivée du majordome ? Bien trop longtemps, de toutes façons…

Lentement, elle traversa le grenier, posant ses petits souliers à talons entre les meubles, les caisses et tout ce qui était entreposé la.


« Vous n’avez pas tort, j’ai du rester trop longtemps dans cet endroit confiné. J’ai besoin d’air… »

La main a présent posé sur une porte qui n’avait sans doute plus été fermée depuis longtemps, elle semblait prête a sortir et, en effet, son esprit un peu puéril avait en grande partie déjà migré vers un endroit ou l’air aurait été moins poussiéreux mais aussi ou, surement, il y aurait bien d’autres choses sur lesquelles poser une attention un peu vacillante mais toujours avide. L’esprit du vampire fonctionnait un peu comme si, après avoir lu qu’une conscience ne se posant sur aucun objet meurt et se détruit, vivait dans la peur constante, et s’en préservait en cherchant toujours un nouvel objet d’attention.
Alors que sa main gantée retenait les plis de sa robe, comme si elle s’était enfin soucier de ne pas l’abimer, elle sembla se rappeler de quelque chose qu’elle aurait oubliée et se retourna pour regarder le majordome entre ses mèches blondes.


« La Lady…Ou le Lord a qui appartient ce coffret exceptionnel doit l’attendre avec beaucoup d’impatience. Il parait que certaines personnes sont très attachées aux objets et celui-ci semble avoir été fait pour se rendre attachant. Je veillerais à trouver mon chemin seule, je suppose que je suis tout de même capable de cela. »

Elle s’interrompit un instant, comme si quelque chose avait subitement attiré son attention et sourit légèrement, de ce sourire dont on ne savait jamais s’il était ironique ou si elle ne savait simplement pas paraitre naturelle.

« Vous savez, très cher, je ne pense pas que vous puissiez inspirer le dégout a quiconque, quelque soit le nom que vous portez et la profession que vous exercez. »

Si son regard n’avait pas eu cette nuance d’acier, elle aurait eu l’air, regardant ainsi ce presqu’inconnu entre ses mèches qui lui retombaient jusque dans les yeux, bien plus d’une enfant que d’une…Tueuse.
Elle n’attendait pas de réponse, alors sa main se décolla de la porte et ses deux mains se posèrent sur le tissu de sa robe pour la soulever légèrement, sans l’empêcher de bruisser doucement derrière elle alors qu’elle descendait avec la même lenteur qui s’accrochait toujours à ses pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]   Aujourd'hui à 0:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme un gout d'égarement [Kamui De Gretz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Etudes d'Oroken
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chateau Des Nobles :: Corbeille :: Corbeille RP :: Manoir des nobles-
Sauter vers: